Les Nouvelles de RATAFIA

Les Nouvelles de RATAFIA

73 : Les Nouvelles de RATAFIA du 4 avril 2014

Les Nouvelles de RATAFIA n° 73

Du 4 avril 2014

 

 

La fin du séjour à Gambier…

 

Les dernières Nouvelles vous laissaient le 23 février à Rikitea, la capitale de l'Archipel des Gambier…Parlons-en d'abord de ce gros bourg  que vous voyez niché dans l'arrondi de l'île de Mangareva.

 

1 Constance.JPG
 

            Pour pouvoir envoyer ces Nouvelles ou le blog, il faut un débit suffisant que ne nous donne pas la clé Internet Vini. Il faut donc être au village où il y a un point Iaoraspot qui débite suffisamment. Il y a aussi un point Manaspot à la poste, mais par manque de puissance, il ne peut pas être capté du bateau. Nous sommes donc restés quelques jours devant Rikitea. Dans ce mouillage, où nous étions pratiquement seuls il y a 15 ans, il y a maintenant une bonne vingtaine de bateaux.

Tout se passe bien car il y a de la place et le fond est de bonne tenue – malgré quelques "saloperies" qui font que parfois l'ancre à du mal à crocher du premier coup.

Je parle pour le passé ou pour certains moins bien lotis que nous: depuis cette année, nous avons remplacé l'ancre Delta de 25Kg par une Rocna de même masse. La différence de vitesse de pénétration – donc d'arrêt – est impressionnante et méritait le changement.

 

Le problème du mouillage viendrait plutôt des habitants du bord du lagon qui ont maintenant, en permanence, la "marina" devant leur plage personnelle…et de certains plaisanciers pas trop attentifs à respecter cette proximité de résidents.

Sur la photo ci-dessus, faite en 2005 par "Constance", il y a 6 bateaux au mouillage…

 

2  Lazuli.JPG
Sur cette même image faite par Lazuli en juin 2013, on en compte une quinzaine. Vous imaginez quand il y en 23 comme nous avons vu, et il paraît que le record est de 27 !

 

Puisque vous n'aviez pas de Nouvelles à envoyer qu'y faisiez vous alors dirait un envieux ?

- Nous y attendions la goélette et notre moteur api !

Explication: Pour notre annexe, nous avons deux moteurs possibles suivant la distance à parcourir. Un "gros" 15CV de 37 Kg (+ réservoir) qui va bien (23 nds maxi !) mais ne peut être remonté avec l'annexe sur les bossoirs non prévus pour cette masse. Pour les petits trajets, un "petit" 2CV de 10Kg qui reste à poste le soir quand on remonte la chaloupe, et même quand on se déplace dans l'archipel. 

3 Annexe sur bossoirs.jpg

 


Lassé par ses caprices, j'ai abandonné le Suzuki âgé de 10 ans et la goélette attendue nous porte un beau petit  Yamaha  2CV tout neuf. Pour information, j'ai démonté à peu près toutes les vis pour les graisser…à l'usine ils avaient dû oublier de le faire car je ne me suis pas sali les mains !  

 

Fin février, nouvelle lune oblige, Ratafia remonte dans le nord. Des grains orageux surtout localisés sur Mangareva ont découragé les autres et j'étais seul à me promener la nuit sur le récif…

 

Anecdote ...d'avant la fermeture de la chasse à la langouste

J'avais repéré: près du bord du reef (à marée basse), une cuvette pleine d'eau, d'environ 1,5 m de diamètre, une grosse fleur de corail, genre grosse girolle, d'environ 0,9 m de diamètre, y a été culbutée par la mer, à cheval sur le bord de la cuvette. Entre les deux, une mini grotte en cul de sac, dont seule l'entrée est visible car elle se "replie". Couché sur le côté, seul mon bras droit pouvait accéder presque au fond de cette mini grotte…

Par une fissure mon projecteur m'avait montré qu'il y avait "un habitant". Après un moment d'hésitation, et avec précaution – il peut y avoir une murène planquée là-dessous – j'avance ma main, je sens la bête. Elle se recule derrière une bosse…je ne peux plus que tenir le début de sa carapace. Une vague passe qui me recouvre complètement. Trempé comme une soupe je n'ai plus rien à craindre de côté-là…alors je serre bien fort et tire…le bestiau n'est pas d'accord du tout pour sortir. Autre vague...je lâche ma prise…et la retrouve. Cela fait environ 1/4h que je tire.

 

La rage me prend: tu sortiras ! En pièces détachée s'il le faut ! J'arrache une patte avant, puis une antenne, puis une autre patte.

 

Je m'épuise…elle aussi…j'arrive à la faire bouger…et lentement elle vient…jusque dans mon carquois !

Environ 3/4h. Je suis vidé mais heureux. Quelle bête…

Gilles de "Boréas" vous le dira: Quand Marc voit une langouste, il est déchaîné!

4 la bête.JPG

 

Les grains orageux qui nous ont épargnés finissent par remonter et avoir raison de mon entêtement. Le 4 mars, nous rejoignons le mouillage plus sécurisé de Rikitea. A noter la manifestation du Tupapau farceur: un soir le cabestan électrique refuse de fonctionner. Ce cabestan était à l'origine une idée de Roger Lesage pour enrouler vite fait génois ou foc. Cela reste son utilité en mer, mais tous les soirs il sert pour remonter le portique basculant qui fait bossoir. Problème de charbons légèrement grippés, rien de bien grave.

 

En mars, c'est la saison des pamplemousses. C'est surtout au village que l'on en trouve… Cette année ils ne sont pas en avance, pourtant nous voudrions remonter sur Tahiti dès qu'il sera clair que la saison cyclonique se termine -  mes responsabilités au Yacht-club obligent.

 

5 panplemousses.JPG

 


2 grosses fournées de confiture seront faites. Il y en a pour 1 an...

 

Recette2014

Peler les fruits en laissant 6 à 8mm de blanc.

Couper en deux, enlever les pépins, couper menu.

Mettre en cocotte, faire bouillir en pression environ 7 minutes.

Laisser refroidir. Ajouter des morceaux de vanille. Mixer pour homogénéiser le tout.

Ajouter 75 à 80% de sucre, suivant maturité. Faire fondre.

Faire bouillir de 15 à 25 mn (suivant humidité des fruits) pour que ça prenne. Le "virage" est rapide.

           

La tournée des "au revoir"…

            Elle commence par Akamaru où j'ai promis un coup de main à Rémy pour démonter son groupe électrogène Honda. Nettoyage et réglage. Comme pour le mien certaines vis ne viendront qu'avec le tournevis à chocs…

            Le Tupapau farceur nous retrouve un matin: plus de démarreur pour le moteur…donc plus de guindeau…Changé un relais, puis le relais de préchauffage et finalement dépannage brutal en court-circuitant les bornes du démarreur et en apportant du courant au lanceur….

Cela nous obligera à repasser par Rikitea …pour rien, nous le saurons par la suite. Merci à Jean et à Jean-luc qui ont apporté leur clairvoyance pour trouver, en définitive, la cosse cassée fautive.

 

Traditionnellement notre point de d'arrivée et de départ à Gambier est le mouillage entre Agakauitai et Taravai  devant "Patito" la maison d'Edouard et Denise (déjà montré dans Nouvelles 72).

Vous y voyez Ratafia bien au milieu…entre des hauts fonds. C'est "notre" place. Le voisinage du corail, proche de la zone de sable où nous mouillons, fait qu'aucun autre bateau  ne nous la chicane.

6

     Cette place est un compromis entre la proximité de Patito et une bonne réception téléphonique                  Foi d'animal, c'est promis juré, nous partons jeudi 20!

 

Les moyens modernes de prévisions météorologiques sont fabuleux et sécurisants.

Nous recevons par Internet  les fichiers automatiques "Grib" fabriqués par des robots en fonction des informations reçues par leurs ordinateurs. Ils ont la force de l'image et l'on a tendance à dire "voilà ce qui va arriver"…Comme nos grands-parents disaient "c'est vrai puisque c'est écrit dans le journal"…

  Voici les prévisions pour le début de la semaine: rien que du bon !

 

7 MTO pour le mer 19.JPG

 


 

Pour les non-initiés le corps de la flèche indique la direction du vent, les barbes la force. Sur cette image, pour Gambier le vent est Est 5 nœuds (une demi barbe). Vers Moruroa (nom polynésien de cet atoll plus connu sous le nom popaa de  Mururoa ), il est de 15 nds (une barbe ½). Les forces indiquées sont des moyennes et il convient, en général, de majorer ce qui est indiqué.

 

Hélas ces robots n'ont aucune sensibilité ni intelligence. Ils peuvent se contredire en quelques heures.

    Mercredi 19 mars, voici les prévisions pour le dimanche 23…là où doit se trouver notre canot !

Une zone perturbée se créera devant nous pouvant devenir orageuse. Pas vraiment folichon !

 

8   MTO du 19 prévis  pour le 23.JPG

 


 Alors on laisse traîner un peu pour attendre la suite.  La poulie de spi et la têtière du génois nous fournissent de bonnes raisons pour attendre…

 

La route de retour…

            Jeudi 20 mars, Ratafia est prêt mais il serait plus raisonnable de recoudre la têtière. Comme cela remue  à Patito,  nous quittons le mouillage et, faisant le tour de Agakauitai, nous venons mouiller au calme devant l'église de Taravai. Le génois est amené, recousu et renvoyé le soir même…et bien nous en prend car dans la nuit le Ma'aramu annoncé se lève, bien plus frais que prévu. Vendredi 21 mars, le mouillage devient clapoteux; il est temps de partir pour de bon (puisque nous avons déjà fait 4 milles hier). A relever l'ancre !

 

La route de retour…

9 Route totale 1.JPG


Vendredi 21

Dehors ça souffle frais. Nous n'avions pas remarqué sur les gribs que c'était 15 nds par personne !

Prévenus avant le départ, tout est en ordre, le tangon (cette "perche" de18Kg qui permet de déborder le foc au vent) est à poste. Les voiles sont réglées pendant que nous sommes encore à l'abri de la mer derrière Taravai.

Environ 35m² de génois tangonné, 25m² de trinquette, et très peu de grand-voile. Ratafia est tiré par le nez, Mémé, notre fidèle régulateur d'allure, se débrouille alors fort bien et répond plus vite aux embardées que le pilote électrique.

Sortis de l'abri, nous trouvons une mer "forte". Ratafia caracole, saute, surfe… bref ça dépote, à défaut d'être confortable. Jane trouve un peu d'eau de refroidissement dans les fonds. Y aurait-il une nouvelle fuite à l'échangeur?

A 17h: 29 milles parcourus

 

Samedi 22

            Le vent adonne un peu en mollissant légèrement. Bien que le moteur ne tourne pas, la fuite à l'échangeur se confirme. Plus grave, l'alternateur d'arbre débite de façon irrégulière. C'est notre source d'énergie principale…et le radar qui fait la veille est gourmand.

            A 17h 150 milles parcourus en 24h.

 

Couplet technique: A l'heure où l'écologie devient la tarte à la crème, et que l'on vend des moteurs hybrides, des hydro générateurs…etc, on parle peu de cette solution simple pour faire de l'énergie en utilisant la force de l'hélice. Ratafia est équipé d'un alternateur d'arbre depuis 1983… je n'ai rien inventé: les bateaux Amel sont équipés en série depuis longtemps de ce complément qui évite d'avoir à faire tourner le moteur pour étaler la consommation du bord. Tous renseignements sur demande à ceux qui les souhaitent.

 

 

Dimanche 23

10 MTO DU 23.JPG

 


 

Le vent a bien molli…c'est-à-dire qu'il est devenu conforme à ce qu'annoncent les gribs. Et vous voyez que la réalité est "assez éloignée" des prévisions de mercredi dernier. Tant mieux en un sens mais on aurait pu appareiller 24h plus tôt.

 

Profitant de mouvements moins brutaux, la vie devient moins végétative et on peut s'occuper des "menus" problèmes.

     L'origine de la fuite est trouvée: sous l'échangeur, un collier mal remonté en décembre !

11 Cause fuite.JPG

 


     Le régulateur de l'alternateur d'arbre est changé mais cela ne change pas le résultat et je crains de devoir m'en passer.

     Nouveauté du jour: le speedomètre (= compteur de vitesse) Dana fourni par SD Marine vers 1988 ne répond plus. A voir plus tard.

 

     En soirée le vent rentre bien, hélas avec une ligne de grains sur notre arrière.

 Regret: les lignes de traîne enfin mises à l'eau ne donnent rien.

 

A 17h 124 milles dans les 24h

 

Lundi 24

            Bon vent toute la nuit. Assez près du vent arrière, avec une houle de 3m, nous avons bien "brassé", mais il n'y a pas eu de grains.

Un Mahi-mahi a la bonne idée de venir nous tenir compagnie. Il sera honoré dès le soir même. Nous ne le savons pas encore mais ce sera notre seule prise de toute la traversée.

            Point de 17h: 141 milles

Mardi 25

              Grosse activité ce matin: il faut empanner, c'est-à-dire changer le côté où le bateau reçoit le vent. Cela peut faire rigoler, mais depuis le départ, à part quelques modifications de voilure, en plus ou en moins, nous n'avons pas eu à sortir du cockpit depuis vendredi ! Nous aurons fait près des 2/3 de la route sur le même bord !           Il fait beau mais il reste de la mer. Il faudra 50 minutes pour avoir fini la manoeuvre.

            Dans l'après-midi, démontage autopsie de l'ancien alternateur d'arbre, celui qui avait cessé de fonctionner en décembre, pour voir si je peux faire quelque chose. Eh oui que je peux, c'est simplement le vernis qui a coulé et collé les charbons. Démontage nettoyage à l'acétone, polissage du collecteur, remontage…A déposer celui qui est à poste et à remonter "le vieux". Heureusement que nous ne sommes plus dans un shaker!

            Et ça re-fonctionne ! Youpi !!!!!!!!

A 17h 143 milles au compteur

 

Mercredi 26

            Comme prévu le vent monte doucement à l'Est-Nord-Est, ce qui l'est moins c'est l'arrivée de grains de plus en plus violents.

            Vers 20h, le radar n'a rien vu venir car il ne pleut pas en dessous, Ratafia s'offre de belles glissades dans une forte survente. J'ai pris la barre précipitamment…trop tard pour réduire il faut que ça tienne..et ça a tenu. Petit coup de chaleur à posteriori. Heureusement que nous avons un bon gréement…

            17h  145 milles dans les 24h.

 

            A 23h il faut se résoudre à ranger le tangon. Grains nombreux, donc non moins nombreuses manœuvres…Bateau instable vent de travers et  très variable en force et direction.

 

Jeudi 27

            Au petit jour nous voyons Mehetia. Pain de sucre, presque aussi inhospitalier  que Pitcairn…

 

… Gros grain puis plus de vent alors que nous sommes dans la dernière "source à poissons".  Moteur…rien n'y fait "y a plus de poissons dans la mer" !

 

12 Mehetia.JPG

 


A 8h le spi est en l'air. Il tire bien…jusqu'à 15h où le vent est trop faible pour nous permettre d'arriver à une heure " raisonnable".

13 spi.JPG

 


Sur cette photo, vous voyez une partie du tangon (le tube gris presque horizontal dans le haut de l'image) encore resté à poste.

           

 

            Moteur pour conclure. A 22h30 Ratafia est à sa place. 1030 milles parcourus depuis Gambier, en 6 jours ½ . Il y a longtemps que nous n'avons pas eu une étape aussi rapide et somme toute facile.

Merci Eole, merci Neptune, mais un thon en plus aurait été bienvenu!

2306 milles parcourus depuis notre départ en novembre, dont1910 à la voile  et 14 nuits en mer.

 

Les projets à court terme…

            Participer à la régate du Tour de Tahiti (qui est à une régate ce que le Canada Dry est au whisky). Je continue à penser à une croisière aux Iles sous le Vent et Mopélia en juin début juillet.

 

 

Les projets à moyen terme…

            Le voyage en métropole qui va se finaliser petit à petit…

 

Santés…

            Elles sont bonnes…et nos visites médicales sont celles de routine. Je peux ajouter que mes genoux ont déjà été inspectés: TVB aucune usure anormale.

 

Courriers…

            Dès la ligne rebranchée, Jane a retrouvé Skype. Notre connexion Internet fonctionne Vous pouvez envoyer tout ce que vous voulez…mais il m'a fallu 70 minutes pour télécharger le catalogue Accastillage Diffusion !

 

 

 

Température  dans le bateau  33°. Dehors je ne sais pas: il fait trop chaud !

 

Bises et amitiés à toutes et tous

Arue le 4 avril 2014    

Jane&Marc

 

 

 14 muoillage 3.jpg

Le mouillage devant Rikitea vu (par Hibiscus) vers le sud. Au fond: le mont Duff.



05/04/2014
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 132 autres membres