Les Nouvelles de RATAFIA

Les Nouvelles de RATAFIA

79 : les nouvelles de RATAFIA Avril 2015

Les Nouvelles de RATAFIA n° 79

Avril 2015

 

 

 

Avant de vous raconter notre tranche de vie, je voudrais que ces Nouvelles soient un chant au bonheur de vivre. Et puisque  nous avons la chance d'être deux, c'est deux fois plus de bonheur !

              La vie ne vaut peut-être rien, rien ne vaut la vie!  Nos amis Rolf et Claire dont le courage est un modèle pour nous,  la visite de Stéphanie, et d'autres informations venues de France ou de Tahiti, sont là pour nous le rappeler, s'il en était besoin !

Certes, nos petites misères quotidiennes dues à l'âge (les oreilles, les genoux, le dos etc…) ou les emmerdements dus aux autres, sont bien là, et il faut faire avec… mais quelle chance d'avoir à faire les efforts nécessaires !

 

La fin du séjour à Gambier...

 

Stéphanie envolée, nous avons repris notre train-train habituel...Retour au mouillage de Akamaru.

1 Tutana.jpg


Voici les sourires de Tutana, sur la maison flottante, où elle fut élevée, et qui est maintenant celle de son frère...

 

 

Après Akamaru, c'est dans le mouillage de Patito, qui nous est cher, que nous sommes retournés...

Lassé de mes échecs successifs,  j'ai renoncé à trouver la panne du circuit électrique (on reverra la question à Tahiti où je peux faire tester les alternateurs)...en attendant, pour remonter l'ancre, il faut installer, puis démarrer le  groupe électrogène (Honda 10i)  qui alimente le chargeur de quai...pas très simple. Puis, pour minimiser l'effort du guindeau, lancer Ratafia au moteur. Cela fait que lorsqu'elle décroche, l'ancre balaie dans l'eau... et que ce jour-là elle a choisi d'aller se prendre dans un (gros) paquet de cordages emmêlés.

Youpie, on a retrouvé ce corps mort, dont l'existence était connue, mais vainement recherché il y a trois ans!

Il me faudra quand-même 3 jours de travail dont une plongée à 13m pour remettre tout en ordre. En temps, ce sera un bon investissement car nous y passerons un bon moment fin mars en attendant le départ...

 

 

Acheter une perle à Gambier...

            Si l'archipel de Gambier est le haut lieu de production des plus belles perles de Polynésie, il n'est pas évident, par contre, de s'en procurer sur place où rien n'est prévu pour les voyageurs "hors paquebot".

            Nous sommes en relations avec un (assez gros) perliculteur, Eric Sichoix (tel: 87 759 680) qui est passionné par son travail. Il veut bien l'expliquer et  aussi vendre des perles à un prix "de production".  Information gratuite car je n'ai aucune commission !!!!

Il peut venir au village, mais est très content si on le visite sur son motu.

 A cet effet voici, ci-dessous, deux documents pour aller chez lui (si on veut) et vers un très joli spot de plongée.

Depuis le mouillage principal de Gambier devant Rikitea, au début, suivre la route qui mènerait à l'aéroport, entre les deux champs de bouées des fermes perlières. Aucune difficulté mais profiter du soleil de midi.

2 aller chez Eric.JPG

         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Une fois le bateau mouillé, en annexe, donner un large tour aux bancs de corail qui barrent la "fausse passe" '(et où se trouve un très très beau site de plongée) puis venir vers la ferme où Eric vous attendra, sur rendez-vous évidemment !

3 mouillage Totegegie.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                             Chez Eric

4 Perles.jpg

 

Le miracle de la fabrication d'une perle

 

45 Marchandage.JPG

Discussion

 

5 Fausse passe.jpg


                                                                                                              Une plongée dans la fausse passe

 

 

Préparatifs de départ...

    Dès le 7 mars, nous sommes décidés à appareiller "weather permiting" et allons nous embusquer à Patito sur notre beau corps mort api (nouveau).

...mais comme sœur Anne nous ne voyons pas, rapidement, venir un bon créneau.

 5 situation météo sam 14.jpg

    Exemple: la situation du 17. Entre Gambier et Tahiti, nous devrions croiser un chapelet de 4 dépressions...urgent d'attendre !

 

Le problème électrique n'étant pas résolu, par pitié pour les batteries, j'évite l'usage du guindeau. D'être sur un corps mort est bien facile et du coup nous ne bougeons plus en attendant le bon vouloir d'Eole...

 

6 Tatahi.JPG

  Ce ne sera pas la solitude, voici Hervé et Valérie qui viennent à bord... Quand ce ne sera pas nous qui irons chez eux de l'autre côté de Taravai.

 

La route de Tahiti...

                 La patience n'est pas mon fort...bien que, comme dit Jane, puisque je ne l'ai pas beaucoup utilisée, il doit m'en rester!          Je me dis que depuis les 14 jours que l'on attend, on serait arrivés (c'est vrai que cela n'aurait pas été raisonnable, or nous sommes raisonnables ! )...

 

Le 22 mars, la MTO ne donnant rien de dangereux, Ratafia largue la bouée et en route.

                 Je ne vais pas vous raconter notre retour par le menu. Disons que globalement il ne fut pas très agréable...10 jours: record de lenteur et 1130 milles parcourus pour 950 en ligne droite qui est habituelle dans ce sens là.

7 Rte retour totale.JPG

Quelques  spots...

Mercredi 25 mars.     Bien gîté, Ratafia besogne sa route au près. Les fichiers Grib, ces gourous de la météo électronique,  nous ont indiqué que le bord à l'W (ou plutôt SW) était moins mauvais que celui au N (voire NE), mais à la tombée de la nuit c'est vers une barre nuageuse inquiétante que nous faisons route. Un très gros grain vient vers nous, alors on vire, d'autant que le ciel du nord est clair…

                 Trop tard, ou inutile, le grain nous rattrape et est sur nous…Il est relativement mois fort que ce que l'éclairage couchant nous laissait présager.

                 Le grain passé, nous allongeons la route au N. Le radar veille, mais comme il sonne trop souvent car d'autres grains passent à proximité, je coupe l'alarme. Vers 22 heures, un grain particulièrement furieux nous tombe dessus. A rentrer de la toile en vitesse (et sous début de pluie). Le vent rentre en grand 30 nœuds (c'est presque une asymptote  pour notre anémomètre… qui est bon pour le moral !). Déluge en prime puis bien évidemment derrière ce météore plus un souffle de vent. Un petit coup de moteur serait le bienvenu pour ne pas faire trop souffrir le gréement…Las: plus d'eau à l'échappement !!!

 

              Encalminé, encalamité, Ratafia saute et tressaute dans la mer levée par le grain (et la houle). A démonter la pompe à eau de mer pour voir que l'impeller est bien fatigué (je retrouve les morceaux dans le filtre idoine). Chance pour moi, notre moteur est bien facile d'accès. Vers minuit, nous remettons en route à la voile… pas pour longtemps: un autre grain tout noir nous arrive dessus. Le foc est roulé et la trinquette prend le relais. Le grain passe. Il est moins brutal que le précédent… Un 3ème arrive… "Y en a marre"! Je suis fatigué et j'ai sommeil alors je roule la trinquette, mets à la cape…et vais me coucher. L'un des avantages du grand large désert qu'est le Pacifique sud, c'est qu'il n'y a personne…Dans les 15 secondes je suis "aux abonnés absents"…De l'autre côté du carré je crois que Jane fait de même…

              Vers 3h 30, j'émerge…25 nœuds bien établis et pluie…Je retourne dans ma bannette en ayant mis le radar en veille. Il ne se déclenchera plus. 5h, bis répéta…Ce n'est qu' 6h au lever du jour que l'équipage de Ratafia, (peut-on dire bien reposé?) reprend le cours normal des choses: petit déj. dans le calme relatif de la cape; puis remettre en route après analyse des nouveaux fichiers météo reçus - merveille aussi que la technique moderne, même si ces fichiers ne sont pas sans reproches, ils sont bons pour le moral !

Jeudi 24,  9h, il est évident que nous sommes sortis, pour le moment, de la zone de mauvais temps. On peut même espérer, à terme, une rotation du vent qui nous ferait un meilleur bord.

 

Samedi 28      Nous le savons tous: au louvoyage, deux fois la route, trois fois la peine…

Partis de Gambier dimanche 22, nous sommes maintenant par 18°37 S et 142°38 W.

Avons déjà parcouru 726 milles et il en reste encore plus de 400 pour Tahiti.

Si l'adonnante du vent continue à se faire attendre, au mieux nous arriverons mercredi 1er avril. Cette  traversée sera sans doute la plus longue sur ce parcours déjà fait huit fois en direct…

 

Mardi 31        L'adonnante espérée arrive: vent de NNE mollissant hélas. Retrouvé une houle de près de 2m qui nous empêche d'envoyer le spi. Nous marchons en "fifty", voile et moteur, pour éviter une 10ème nuit en mer.

A 20h Ratafia a repris sa place quittée le 21 novembre.

 

 

Le Tour de Tahiti

Comme déjà dit (Nouvelle 74 de mai 2014), nous aimons participer à la vie du club qui est le nôtre.

Alors inutile d'installer le bateau en tenue de" caravane", dès le vendredi  3 avril nous repartons pour cette "Régate-rallye" du tour de Tahiti.

 

      Comme l'an passé, aucune étape ne sera complètement à la voile...et pourtant lors de la dernière, ayant été les derniers à capituler, j'ai bien cru - pendant 3 heures-  tenir la victoire !

8 R atfia.jpg

Ratafia fait ce qu'il peut dans le tout petit temps le long de Tahiti-Iti

 

La panne électrique...

              Pour venir de Gambier, comme pour le tour de Tahiti, nous avons sollicité la mécanique. Comme l'alternateur principal ne donnait plus (panne récurrente depuis janvier...) c'est l'alternateur d'arbre d'hélice qui fournissait l'énergie. Dès mardi 7 je démonte l'alternateur pour le faire réviser (en attendant le tour du 2ème...) .

 

     De petits morceaux de caoutchouc,  de la poussière noire dans la gatte attirent mon attention ... la voilà la panne !

Grosse comme un immeuble elle me saute aux yeux: la poulie d'entraînement sur le moteur n'est pas une simple poulie, c'est un "damper", c'est à dire qu'il y a un noyau de caoutchouc qui absorbe les vibrations pour protéger le vilebrequin...et cette liaison en caoutchouc a rendu l'âme.

   Si vous regardez bien, vous verrez le bord cassé  à force d'avoir tourné à vide.

9 Damper.JPG

   

 

95 Poulie api.JPG

                          

 

 

 

 

 

                

 

 

 

                Ancienne poulie

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             Nouvelle, en place 

 

Avec les conseils de Michel, précieux voisin champion de mécanique, je démonte le damper. Le moteur de Ratafia étant un Peugeot XUD 1900, je me précipite chez un fournisseur de pièces auto...et je trouve la poulie de remplacement ...pour 80€ !!!

 

              Depuis janvier que cette put..de vach.... de mer... XXXXXXX (adjectifs censurés) de panne qui n'était pas électrique  nous pourrit la vie...

             

Les projets...

A court terme…

            D'abord l'entretien de l'équipage. De dentiste en "zyeutiste" (un voile s'est développé sur mon œil gauche), de généraliste en échographe tout  y passe...

Ensuite l'entretien courant habituel de l'intérieur de notre coquille.

A moyen terme…

              Cerise sur le gâteau:  en juin "Grand Carénage" de Ratafia: peinture de pont, de coque et sous marine en ayant refait la peau imperméable ! Deux mois minimum !

A long terme...

            C'est trop loin: on n'en sait rien encore !!!!

 

 

Courriers…

            Disons que nous sommes revenus dans la civilisation avec poste, téléphone , Internet et Skype

 

Divers...

Comme chaque année, quand on revient la chaleur  nous surprend: température  dans le bateau  28° car il crachine dehors où il fait plus chaud !

 

                                      

                                                                                                                                                Arue le 15 avril 2015

                                                                                                                                                       Jane&Marc

 

10 Récif.jpg

Récif, le long de Tahiti-Iti ( la Presqu'île)

Photo prise par Anne-Mai du bateau Nacira (Liptonic), lors du Tour de Tahiti 2015

 

 



16/04/2015
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 132 autres membres