Les Nouvelles de RATAFIA

Les Nouvelles de RATAFIA

80 : Les Nouvelles de Ratafia du 13 juillet 2015

Les Nouvelles de RATAFIA n° 80

13 Juillet 2015

 

            Ca va trop vite ! Dans les "Nouvelles 79", je vous disais la joie de vivre...mais ces "Nouvelles" du 15 avril commencent à sentir le vieux... il faut que je me force pour faire un break et prendre le temps d'écrire notre vie qui dépasse le mur du çon...pardon du son !

 

Santés:            Commençons par là où il y a le moins à dire: puisque nous pouvons prendre le temps de les négliger c'est que tout va bien.  Ollé !

 

Ensuite notre vie courante ( au sens propre)...:

      A cette saison (mai juin), nous sommes en général au Yacht Club de Tahiti à Arue, base propice à l'entretien annuel.

         Cette année ne fait pas exception.

         Bricolages divers, genre nettoyage complet (on vide tout, on lave au jet...et on range quand c'est sec), du poste avant, du coffre arrière. Nettoyage de la cuve à gazole (sorti 3 litres de boues...) Refonte de la table à cartes, BLU, speedo-loch api. Changement de panneaux solaires (les anciens qui avaient 10 ans  avaient donné le maximum et commençaient leur long déclin...).

...et aussi profiter des amis terriens ou marins en escale !   Qu'est-ce que c'est bon pour le tour de taille !

1.JPG

            Par ailleurs, comme vous le savez, j'ai accepté depuis deux ans de faire partie du Comité de Direction du Club parce que les choses n'y étaient pas exactement comme je le pensais bon.

Je croyais avoir vu le pire, quand j'étais Secrétaire général du Deauville Yacht Club. Ce n'était pas le cas et, ici, j'ai vécu des réunions "pour le moins pénibles". La disparition brutale du Président en place m'a obligé à un examen de conscience qui s'est résumé à un choix de vie:

            ou j'allais au charbon en prenant la place de Président, ou je me préparais à reprendre la route pour aller voir plus loin dans l'ouest comment cela se passait. (En réalité je ne pouvais que "espérer" être élu, mais en toute modestie, je savais - et d'autres savaient- que si je me présentais, j'aurais la majorité des voix).

            Cela c'est fait le 29 mai...37 pour, 10 contre...  A vaincre sans mérite... Mais  ya pu ka !!!

 

            Depuis un an, il était programmé de se rendre à Raiatea, après la Pentecôte, au Chantier Naval des Iles sous le vent, pour un "Super Grand Carénage". Pour ses 35 ans, et près de 150 000 miles, nous avons décidé de repeindre notre maison: pont, coque et œuvres vives !

            Un an en avance, c'était sans compter les imprévus, comme l'élection du nouveau président ou une intronisation chez les Frères, que, par ailleurs,  je ne voulais repousser au delà du 30 mai.

2.JPG

Pensez  donc, il ne s'agissait de rien d'autre que mon chirurgien et filleul, alias "Cabillot"!

Là ce n'est que du bonheur...

3.JPG

Sauf que des crobes m'attendaient...et pas des demis...

Le 1er juin, alors qu'il était prévu d'appareiller vers Raiatea,  j'avais 40°, et le Ma'aramu soufflait dur...

Ce n'est que le 3 juin que nous avons pu larguer les amarres pour Raiatea...

 

 

Maintenant passons au carénage....

    Depuis15 ans, nous avons l'habitude de faire cette corvée au Chantier des Îles où la méthode de sortie par ber submersible est bien confortable.

4.JPG

          Revoir Nouvelles  27 sept 2008 ou 43 d'octobre 2010

     Cette année il a fallu "discutailler" un peu avec la nouvelle direction pour que notre camarade (et futur Frère) Gilles ait le droit de venir m'aider à la peinture de pont. Cela c'est fait !

 

 

La peinture de pont...

            Il est logique de commencer par le haut...J'aurais aimé commencer par le bas pour laisser à la coque le temps de sécher...Savoir qu'au C.N.I., un marquisien nommé Taputu est le virtuose de la meuleuse...Il n'était pas disponible...ou pas disposé... bien que ses services aient été retenus depuis 1 an.

            Donc une fois au sec, avec Gilles nous avons attaqué la peinture du pont...c'est-à-dire commencer par démonter tout ce qui pouvait se démonter afin de limiter le masquage...

La 1ère priorité était de déposer et reposer les hublots et pare-brise. Montés au Sikaflex il y a 5 ans, sans primer introuvable à Papeete, ils laissaient passer l'eau et j'avais (au retour de Nouvelle Zélande en 2012) fait un congé extérieur. Sous peine d'avoir le mal de mer en regardant son bateau, on ne pouvait pas repeindre sur ce bidouillage!

            Facile à dire, mais si ces hublots fuyaient, le Sika, lui, tenait bon, la règle du jeu étant de ne pas les casser, ce fut un beau morceau de bravoure. Pour vous donner une idée, pour le seul hublot bâbord (1m80 de long) il m'a fallu 2h, une fois toutes les 42 vis enlevées, pour décoller le plexi de la coque, et n'ayant que 3 couteaux à mastic, vous le voyez, les couverts furent de sortie...

5.jpg

1 Enlever le congé de Sika

2 Les 42  vis étant enlevées,   décoller "précautionneusement" le plexi

3 & 4 Puis nettoyer le roof du vieux Sika, sans trop salir l'intérieur où l'on vit

5 Préparer la repose, avec du primaire.

6 Des tampons de collant double-face vont donner la bonne épaisseur au joint

 

La 2ème priorité était de trouver l'infiltration d'eau qui venait mouiller la moquette près de la radio de Jane...donc démontage des parement puis du plafond bâbord.

            Facile à dire, mais les "Tupapau" locaux veillent: d'abord on ne trouve pas la fuite malgré toutes les positions du jet d'eau, ensuite, le plafond sorti de sa position à l'ombre parait bien vieux, alors on va le repeindre...

            ...lui et tous les autres (11 !) en suivant car on ne peut pas décemment faire les choses à moitié et les laisser dans cet état !

 

6.jpg

1 l'emplacement du "fautif"

2  Le panneau central étant plus large que la descente, il faut "discuter" la sortie...

3, 4  Jane au travail

5  Pour éviter l'adhérence entre le vernis des encadrements et la peinture, il faut placer un joint de papier

 

            Pendant que nous nous exprimions dans les plafonds, Gilles préparait le pont, faisait un premier masquage, et appliquait la laque blanche sur les parties lisses.

Ces préambules accomplis, on pouvait enfin arriver au vif du sujet, la peinture antidérapante et la finition.

7.JPG

   Vous pouvez admirer le travail de masquage! Il faudra  1jour 1/2...à Gilles pour le faire... et encore un peu plus à Jane pour le défaire!!

     Pour faire l'antidérapant, Gilles étale de la peinture par petites surfaces que je saupoudre aussi vite que je peux de billes de verre (avec une "poudrette" faite en 1880 dans un pot de Savora ! - à bord de Ratafia  on garde le matériel !)

                                    Dis Tonton pourquoi il est lourd ton canot ?

 

8.JPG

 

        ...c'est tellement plus confortable assis et à l'ombre! On en redemanderait !

 

9.JPG

Partis de l'avant le matin, à la fin de la journée, nous arrivons au cockpit...

 

Pensez qu'ensuite nous devons Jane et moi (avec mes guibolles de "Robotcop") aller et venir de la descente à la planche que vous devinez sur la gauche...

...là ça devient carrément acrobatique !!!!!!

 

Parce que j'ai peur de vous lasser...et que j'en garde pour la suite fin provisoire du récit des travaux !

 

Premier Boucan à Raitea...

            Je vous ai parlé de l'intronisation comme Frère de mon filleul Cabillot, une autre intronisation de Frère était prévue aux Iles sous le Vent, celle de Gilles devenu "Kave'u", ce fut aussi une grand moment de bonheur et un break salutaire dans notre "bagne".

10.JPG

Autour du futur nouveau Frère, en pleins préparatifs de cérémonie, voici les Frères de la Table de Tahiti qui ont pu faire le déplacement.

             

            Les Frères qui ont accompli un tour du monde complet - c'est-à-dire qui, à un moment ou un autre, ont recoupé le sillage de leur bateau - ont le droit d'arborer sur leur tricorne une étoile orange.

 

   Le grand Frère de France m'ayant délégué ses pouvoirs, c'est en son nom que j'ai remis cette distinction à Kave'u (à gauche) et à PaulSud (à droite).

 

Joie des deux compères !

11.JPG

N'ayant pas ce qu'il fallait à bord, c'est dans la boîte à médicaments que j'ai découpé leurs étoiles, un peu grandes pour le tricorne !

 

            Comme je l'ai dit à Cabillot, lors de son intronisation:

             " La vie est une maladie sexuellement transmissible dont l'issue est toujours mortelle !

            Cette dualité se retrouve dans notre existence  où les moments de grand bonheur se mêlent à ceux de tristesse. Il faut considérer, apprécier et savourer les premiers avec soin...les deuxièmes s'imposeront malheureusement  tout seuls".

            Dans le même temps où nous nous réjouissions, d'autres vivaient un drame.

 

 

10 juillet...

12.JPG

            Registre opposé, un hommage à Laurent Bourgnon est organisé à Raiatea où était la base de ce grand marin disparu lors d'une plongée solitaire dans les Tuamotu.

 

12 juillet...

            C'est mon anniversaire. Cette année il ne sera ni à Mopelia, ni à Maupiti. Bien sagement au snack à côté du chantier; pas solitaire pour autant:

            D'abord par les nombreux mails reçus des uns et des autres,

            Par la présence des amis navigateurs venus pour me soutenir,

            Par le sourire de Jane, toujours merveilleuse...

                        A toutes et tous maururu roa,  grand merci.

 

            Je ne peux résister au plaisir du discours de Jean Billo, du voilier "Escampette".  Pour le comprendre, savoir que nous avions, autrefois, rencontré Escampette avec son ancien propriétaire, Frère de la Côte, aux Canaries; et que "l'antique objet" est un ramequin du Boucan National 1970.

 

Mon cher Marc,

            Au seuil de cette nouvelle dizaine que tu attaques en grande forme, et que, nous n'en doutons pas tu finiras allègrement, quel bonheur d'être avec toi ce soir pour te souhaiter un très bon anniversaire.

            En 1970 tu naviguais déjà... En 1983 tu rencontrais Edmond Lecoq et "Escampette" à Ténériffe. En 2010, à Mopelia, nouvelle rencontre avec la monture mais avec ses nouveaux propriétaires... c'est avec un grand plaisir que nous te confions cet antique objet qui pour toi prendra toute sa signification et ranimera les souvenirs. Encore merci pour ton invitation, tous les services rendus, ta disponibilité pour prodiguer tes précieux conseils.

            Vive la vie, Bon anniversaire et bon vent pour longtemps avec un Ratafia tout neuf et Jane toujours jeune et en pleine forme.                                                              Jean et Monique.  

 

 

La suite du programme...

 

            La peinture de la coque, et des œuvres vives, quelques "bricolages" sur le moteur, un saut rapide sur Maupiti et retour du président à sa base le plus vite possible...weather permiting  car la saison sèche 2015 est plutôt pourrie. Nous avons en gros une semaine de retard à cause de la pluie et on l'attend à nouveau mardi soir .

 

On vous racontera en août !!!!

 

                                                                                              Bises et amitiés à toutes et tous.

                                                                                                          Jane&Marc

                                                                                              Raiatea le 13 juillet 2015

                                                                                                                     

 

13.JPG

    N'est-il pas gâté le Grand Frère avec le sourire de demoiselle Charlotte?



14/07/2015
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 132 autres membres