Les Nouvelles de RATAFIA

Les Nouvelles de RATAFIA

102 les Nouvelles de RATAFIA du 1er décembre

Les Nouvelles de RATAFIA n° 102

1er décembre 2017

Comme annoncé dans les Nouvelles 101, ce n°102 est plus lointain...1129 milles (soit un peu plus de 2000Km) sont passés sous la coque depuis Arue.

1 Carte générale.jpg

Ces Nouvelles 102  sont commencées dans le mouillage de Akamaru où le beau temps nous a accueillis ce samedi  25 novembre. Elles seront envoyées de village de Rikitea ...quand nous y aurons une connexion internet.

            La position GPS est 23°10.46 S - 134°55.10 W

Ici, c'est la fin du printemps, la température oscille entre 25° la nuit et 28° le jour. C'est normalement 5° de moins qu'à Tahiti...mais bien plus que ce que vous avez eu - en moyenne- cet été en France.

 

 

1 - La route vers l'archipel de Gambier....

 

Première étape: Tahiti ->Tahanea, du vendredi 3 au lundi 6 novembre

2 Etape 1.JPG

Cette étape sera marquée par un "foirage" magistral de la météo locale.

 

            Vendredi 3 novembre. Appareillage tôt le matin. Le vent annoncé est de NE faible tournant au N ultérieurement.

            Mon projet est de faire route au moteur tant que le vent est faible et de face, puis de se laisser traîner à la voile quand il adonnera. Prévisions correctes le matin. En fin d'après-midi le vent se renforce mais reste obstinément "right in the nose". Un ciel menaçant me dissuade de mettre à la voile et un premier grain confirme le bon choix. Après tout, avoir un moteur neuf facilite la décision.           Dans la nuit ce sont des cataractes de pluies qui nous assaillent, le vent restant obstinément de face, très irrégulier en force...nous continuons au moteur bien que le confort ne soit plus au rendez-vous.

            Samedi 4. Non seulement le vent ne tourne pas mais il aurait tendance à se renforcer. La pluie est ininterrompue, et quelle pluie ! Du dehors on ne voit rien tellement c'est bouché; il vaut mieux être dedans (c'est plus confortable) et pourtant, le radar a du mal à donner une image acceptable. Triste journée, sauf que nous sommes partis, ce qui est un motif de satisfaction suffisant ...tout au moins pour moi !

            Dimanche 5. 9h: Essai de mise à la voile sous trinquette et 2/3 de GV. Le cap n'est pas bon pour Tahanea, mais il peut nous mener vers le sud de Fakarava.  13h plus de vent, moteur à nouveau. Nous longeons Faaite sans la voir. La veille est attentive car la zone est fréquentée, mais également parcourue par des courants non négligeables. Au début de l'année un convoyeur de drogue en a fait l'expérience, en allant s'échouer su Faaite,  pour le plus grand bonheur des douaniers...

             Lundi 6. En fin de nuit, La pluie a diminué progressivement. A 5h, il fait jour. Une éclaircie est propice pour tenter une entrée par la passe Motupuapua, la première passe quand on vient de l'W. Le courant sortant est déjà bien établi mais attendre dehors dans les conditions d'hier n'est pas tentant davantage. Alors en avant presque à fond... Youppie  ! Ca rentre... avec l'aide de la tablette et de la carte Navionics. Sans que je sache pourquoi, cette passe est marquée dangereuse sur les anciennes cartes papier.

 

le séjour à Tahanea, du 6 au 11novembre...

            Cette escale était prévue. Elle s'est avérée bienvenue pour nous remettre de la route désagréable qui est maintenant derrière nous.

            La nouveauté  depuis notre passage en mars c'est que Henri (voir Nouvelles 96 du mois d'avril) est devenu "Surveillant" de Tahanea et de Motutonga. Il a un beau teeshirt qui indique sa fonction une barque et un moteur neufs (j'espère qu'il a son permis !)... et nous voilà enregistrés.

            Je crains que le temps ne soit plus très loin où il faudra acquitter une redevance pour compenser les frais de cette surveillance. Il faut dire qu'avec deux bateaux dans cet atoll de 25 milles de long...c'est la foule !

 

 

Deuxième étape: Tahanea -> Hao  du samedi 11 au lundi 13 novembre

            Le temps à grains semble s'améliorer et une embellie nous permettrait d'atteindre Hao, bonne base pour attendre et où nous savons pouvoir compléter en gazole pour assurer l'autonomie.

            Là encore, il y aura discordance entre la météo annoncée et celle observée...

3 Etape 2.JPG

Samedi 11      A midi nous sommes sortis par la petite passe de Otao (la plus à l'E). Moteur d'abord pour parer  Motutunga puis voile ensuite avec de nombreux grains dans la nuit. Le vent varie de l'E au S, mais jamais au  NE escompté...Ce qui nous fait "sourire", ce sont les mails reçus de Tahiti, du genre: " Veinards, vous avez fait choisi un bon créneau météo"  

                                   Appréciations diverses qu'il vaut mieux censurer !

 

Dimanche 12.             Belle journée à la voile avec un vent inférieur à 15 nds.  

Lundi 13.       Le vent a nettement fraîchi et Ratafia besogne pour remonter le long de Hao.

Une panne de vent nous décide à relancer la mécanique, en longeant l'atoll.

            A 15h nous sommes devant la passe Kaki, la seule de l'atoll, en plein courant sortant.

Cette passe Kaki est franche et bien balisée; je sais par expérience (6ème fois) que l'on peut passer très à l'intérieur de la bouée rouge.

    Je ne suis pas certain que nous pourrons étaler le courant sortant, mais pour éviter une autre nuit en mer, cela mérite l'essai. Comme il fait bien clair, c'est sans autre risque que de se faire sortir...

4 Entrée Hao.jpg

    Nous contournons le gros du raz pour aller chercher le contre courant et longer la côte.

Moteur à fond, vitesse sur l'eau 7.5nds...et sur le fond 0.8, c'est pas glorieux mais ça rentre...au ralenti !

A 17h sommes mouillées dans la darse.

 Voir plus loin pour le séjour à Hao

 

Troisième étape: Hao -> Gambier du mardi 21 au samedi  25 novembre

5 Etape3.JPG

Mardi 21   A 9h, nous sortons de l'atoll, cette fois avec un bon courant qui nous expédie dare-dare vers la face W. Le vent annoncé est faible de E tournant NE. En réalité, s'il est bien faible, c'est encore du SE. Nous longeons l'atoll au moteur. Le vent ne redeviendra significatif que dans la nuit, il faudra même réduire pour le confort.

 

Mercredi 22  Vent de ENE pas très fort, Ratafia avancerait bien s'il n'y avait pas une mer "dégueulasse", courte et hachée. Le bateau se plante dans les creux et le gréement souffre...et nous aussi par sympathie. Cela s'améliore dans la nuit.

 

Jeudi 23   La mer s'est allongée et cette fois le vent est conforme aux prévisions: NE à ENE. Au près, pas trop serré, Ratafia taille sa route. Un régal ! Ajoutez le beau temps, des jours comme cela font oublier les moins beaux...

 

Vendredi 24  Même type de temps. Comme les Grib prévoient un retour à l'E nous essayons de gagner dans l'E. L'avenir dira que nous aurions dû serrer le vent encore plus tôt...car en fin de journée, le vent refuse sérieusement en fraichissant nettement. Dans la nuit, je passe sous trinquette pour plus de confort...

 

Samedi 25. Le cap est de plus en plus mauvais, et Ratafia est sous toilé. A 4h il faut renvoyer du génois (roulé) ...On en est payés car avec un peu plus de vitesse enfin un joli petit thon est pris. premier poisson depuis Tahiti !

            Et comme un bonheur ne vient jamais seul, 1h avant de virer de bord vers Gambier c'est un gros Mahi-mahi qui monte à bord...Pas sans mal car le bateau est bien gîté !

Le temps de tout mettre en ordre, vire pour un dernier bord qui se termine au moteur. Comme on ne peut entrer à Akamaru qu'au delà de la mi-marée, il n'y a pas de temps à perdre.

           

                        A 11h nous sommes mouillés "à notre place" habituelle.

 

Bilans de la route: 1070 milles pour la route elle même. 431 au moteur et 639 à la voile, soit       environ70%. Nous n'avons pas encore un "fifty". 9 nuits en mer.

 

 

2 Compléments...

 

Anecdote...

            Ce jour là au lieu d'utiliser la bannette du carré, je suis allé m'allonger dans la cabine... Comme dans toutes les cabines en avant du mât, le confort dépend de l'allure et de la vitesse

Je ne savais pas y retrouver le souvenir de Jean...

Ca saute pas mal...

et j'entends Jean me dire "qu'il se fait l'effet d'un poisson dans une poêle à frire"

C'était sur notre Golif dans les années 71 ou72, Jean s'était installé dans le poste avant et nous traversions la Manche... ça remuait sensiblement surtout sur ce voilier de 6.5m

Oh  Jean, "tu frères encore"   (J.Brel: Jojo)

 

Le séjour à Hao...

            Rappel historique: Hao c'est l'ancienne base arrière de Mururoa. Du temps du CEP (Centre d'Essais du Pacifique), c'était un atoll peuplé de plus de 2000 personnes. Rien que pour l'entretien l'armée avait besoin de main d'œuvre, il y avait une nombreuse population locale et un apport financier important. La fin du CEP a engendré un chômage généralisé, voire une misère latente. En 1999, nous avons ressenti l'amertume de la population abandonnée. Depuis, Hao c'est accoutumée à de l'argent moins facile, mais il reste une infrastructure déraisonnable pour le petit nombre d'habitants actuels. Un projet de ferme aquacole leur redonne espoir .

            Pour nous, la  priorité  est de compléter le gazole. Hao est seul atoll des Tuams où c'est facile, plus encore qu'à Gambier. D'abord contacter "Bupu" (Bustin de son vrai nom) au 87 708 926, ensuite Jane fait un virement à Pétropol et Bupu nous livre dès le lendemain.

            Surprise: je veux profiter de la marée basse de la cuve pour enlever tout le dépôt noir trouvé dans le pré filtre...Il y a un robinet pour cela...sauf que l'axe du robinet casse quand je veux le tourner! Donc à démonter le dessous de la couchette pour nettoyer la cuve par l'orifice de la jauge !

            Soulagement: c'est moins sale que je ne le redoutais.

 

Le gazole résolu, je m'attaque à une fuite de gaz détectée à Tahanea et qui oblige à ouvrir/fermer la bouteille à chaque utilisation. C'est  le joint du pré-détendeur qui se laisse aller.

    Il y en a un de secours à bord, mais cela me plait de tenter le sauvetage. A ce jour c'est gagné .

6 Pré-détendeur.jpg

              Nous n'étions jamais descendus au fin fond de cet atoll interminable. Michel de "Carmina" y est allé et m'avait décrit un univers de désolation: maisons et fermes perlières abandonnées

7 Hao.jpg

      J'avais envie de voir. Jane trouvait que c'était bien loin, elle n'avait pas tort car 25 milles dans cet environnement, c'est une pleine journée de navigation et surtout de veille car la route est parsemée -surtout à la fin- de très nombreuses têtes de corail affleurantes.

            Ce jeudi 16 en route. L'avenir dira que nous ne serons pas volés du résultat !

            Les conditions sont bonnes, le vent de SE est modéré et nous permettra de faire la moitié de la route à la voile. La 2ème moitié qui requiert plus d'attention se fera au moteur.

 

            - Première surprise: toutes les maisons aperçues sembles habitées, entretenues et souvent avec une barque au mouillage ou tirée au sec. Il en est de même de la cocoteraie nettoyée et débroussée.

8 cocoteraie.JPG

 

- Deuxième surprise, la plupart des patates dangereuses sont surmontées d'une perche artisanale qui permet de les deviner même avec un mauvais éclairage. C'est donc que le chemin est fréquenté. Comme en plus elles servent de perchoir aux oiseaux, nous les identifions  facilement.

9 perche.JPG

10 Hao sud.jpg

    Grâce à Google Earth, vous pouvez voir le bout l'atoll, région appelée Nake.

   Vous pouvez aussi voir que les patates sont nombreuses.

 Nous avions craint un mouillage difficile...

 

- 3éme surprise,  un bon fond de sable nous attendait, signalé par un ancien alignement du temps des militaires

11 alignement.JPG

 

 

            Près de notre mouillage, une maison où la lumière brille la nuit. Dès le matin du 17 patte à terre pour visiter la cocoteraie et saluer le propriétaire de la maison posée sur le "Motu Kopuaroa".

            Il s'appelle Léo.  Pour des raisons scolaires (et de confort?) son épouse, Hemata, vit avec les enfants à Otepa, mais tout le monde revient aux vacances et la maison, comme les autres du "quartier", revit alors pleinement    

12 Léo.JPG

 

    La production du coprah (l'amande de la noix de Coco pour les non initiés)  est la seule ressource de la famille. Du coprah on tire entre autre le monoï de plus en plus demandé

            Pour le faire sécher par temps de pluie, ce qui n'est pas le cas en ce moment où il n'a pas plu depuis 7 mois,  Léo a fabriqué le four artisanal que voilà.

13 Four-Séchoir.jpg

1 et 2    Des fûts de 200 litres dans les quels brûlera la bourre de coco

 

3 et 5   Au dessus des fûts une grille où sera disposé le coprah à sécher

 

4 le "carburant", la bourre des cocos d'où a été extrait le coprah

 

            Léo ( avec qui nous partagerons notre dîner)  nous explique que suivant la tradition "nous ne serons jamais venus à Hao tant que nous n'aurons pas salué la tombe du roi "qui est située tout au bout de l'atoll.

 

            Dimanche 19 matin. En milieu de semaine, un créneau météo se dessinerait pour la 3éme étape. Il vaudrait mieux remonter pour être prêts au cas où cela se confirmerait.

 

            Pour la famille, nous emporterons un plein sac de "houto" : le germe de la noix de coco qui sert à faire un pain savoureux. Gag: le n° de téléphone de Hemata donné par Léo n'est pas le bon. Comme il m'avait montré sur la carte où était la maison, c'est avec l'annexe que je fais la livraison à une madame un peu surprise !

 

Nous profiterons du soleil de midi pour remonter vers Otepa, mais avant, avec Léo, allons faire nos salutations traditionnelles au roi !

14 Tombeau du roi.JPG

 

Tombeau du roi. Sans doute un géant car la tombe mesure 7m !

15.JPG

Admirez la cocoteraie entretenue par Léo. Travail énorme pour un homme seul

Devinez la direction du vent dominant !

 

 

3- Et maintenant...

 

les projets...

            Pas compliqués:  attendre la fin de la saison cyclonique en prenant le meilleur bon temps possible !

Nous vous espérons en bonne forme les uns et les autres.

 

 

16 Voeux 2017.jpg

Avec nos meilleurs vœux à ceux qui en veulent.

                                                                                              Rikitea le 1er décembre  2017

                                                                                                   Jane & Marc

 

 

 

 

 

 



02/12/2017
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 112 autres membres