Les Nouvelles de RATAFIA

Les Nouvelles de RATAFIA

105: Les Nouvelles de RATAFIA du 14 avril

Les Nouvelles de RATAFIA n° 105

Avril 2018

 

 

      Rolf.jpeg
Notre ami Rolf BERGMAN a appareillé pour sa dernière croisière...

      J'ai rencontré Rolf dans les années 70 quand je participais aux régates du Havre où il nous menait la vie dure au niveau du classement...

      Nos bateaux étant presque voisins, nous nous sommes retrouvés au Deauville Yacht Club où, pendant des années,  nous avons œuvré conjointement pour le bon fonctionnement du Club...

      Une page tourne...Je suis heureux d'avoir connu "le Grand Viking". Je garderai de lui un souvenir de vivacité d'esprit, de rigueur et de malice. Je suis fier d'avoir mérité son estime...

Rolf restera pour moi un modèle.

 

               

 

 

La fin du séjour à Gambier...

                 Notre séjour à Gambier touche maintenant à sa fin. Comme les hirondelles que l'on voyait sur les fils électriques, nous sommes revenus à Akamaru pou y faire nos "au revoir"...Les pamplemousses sont mûrs chez Pauline, le "confiturier" que je suis s'en donne à cœur joie...

                 Les Nouvelles 104 vous disaient notre attente du câble d'embrayage de la voiture de Rémy. Finalement le câble a été retrouvé: il avait été confié à une passagère qui, arrivant à Gambier pour la première fois, ne connaissait personne ! Il lui a fallu le temps des recherches !

                 Le 10 mars, voiture dépannée (j'en suis bien content)... nous partons dans la foulée vers Patito pour y finir au calme notre préparation pour le large !

                 Mardi 13, à 13h, le ventre plein, nous larguons la bouée, cap au NW !

 

La route de retour: De Gambier à Tahanea, du 13 au 18 mars.

                 Sauf un "distribil" raconté plus bas, globalement une route facile.

1 Route retour 1.jpg

Remarque sur cette image:    Notre notebook LENOVO qui nous servait à la navigation avec Maxsea depuis 8 ans,  ne veut plus fonctionner. C'est avec"SASPlanet" et "Open CPN" , gratuits, que nous naviguons maintenant.

C'est moins facile pour vous montrer la route suivie. Pour les détails, si vous en souhaitez, il faut agrandir l'image ci dessus

 

Anecdote du jeudi 15...

            Dicton marin: "un bateau s'est perdu car la boîte d'allumettes n'était pas à sa place"

 

            La nuit tombe...L'alarme du radar ne s'est, à nouveau, pas déclenchée: nous n'avons pas vu venir le grain. Lorsqu'il est arrivé, le pilote n'a pas réagi assez vite ni assez fort...le bateau est parti au lof...le foc qui était tangonné à pris à contre...sous l'effort de compression, le tangon s'est plié...et du coup la voile battait furieusement.

A rouler la toile. Le bateau moins appuyé roule bord sur bord. Ramasser les restes du tangon en faisant attention à ne pas tomber à l'eau, nous occupe "un certain temps"...d'autant que la nuit est maintenant tombée.

Gréer le 2éme tangon, renvoyer de la toile avec difficulté car "ça coince" quelque part...puis ranger le tangon car le vent à tourné sans que -occupés que nous étions- nous ne l'ayons remarqué!

 

Une bonne heure au moins avant d'avoir tout ramassé et rangé. Revenus dans le carré, le verre d'apéritif remontant est servi...quand Jane voit que le saladier où elle préparé le levain pour le pain de demain s'est renversé sur l'étagère...Comme le bateau était stable sous foc tangonné le saladier n'était pas à une place de sécurité...La pâte blanche s'est répandue...Les deux revues, sur les quelles était posées le saladier, baignent dans la préparation et passent à la baille... nettoyage de l'étagère...

 

Aller voir à l'avant ce qui coince... c'est dans le mécanisme de l'enrouleur. Roulement cassé ? impossible de réparer en mer, il faudra attendre le calme d'un mouillage*.

...et le matin du 16, voir que l'écran réflecteur de radar, installé tout la haut dans le gréement, sans doute trop secoué,  pend lamentablement: un de ses colliers s'est cassé. Pas question d'escalader le mât avec cette mer... Il ne durera que quelque heures avant de tomber. Sniff...Il datait de 1995...

 

                 Moi qui ai acheté un beau FURUNO 1715 pour avoir un matériel fiable... Grrr

 

Le séjour à Tahanea, du 13 au 26 mars...

                 Cet atoll autrefois abandonné devient de plus en plus fréquenté... Nous y retrouvons avec plaisir "Quille 2 Joie" le magnifique Dehler 44 d'Eric, à bord duquel nous partagerons le mahi-mahi pêché hier. Et Richard et Michèle de "Thelem, puis Patrick et Noêlle de "Utopie.

                 Dès le lundi je m'attaque à l'autopsie de l'enrouleur qui, comme déjà dit, est devenu dur. Que les non-marins me pardonnent les explications ...

                 Un premier voyage en tête de mât m'indique la cause probable de la panne: il y a un espace anormal entre le haut du tube et le sertissage de l'étai. Redescendu, sans avoir besoin de tomber l'étai ce qui aurait impliqué de descendre le foc - mais il y a encore trop de vent- je démonte le tambour...et je constate ce que j'avais craint là-haut: les vis qui portent les tubes se sont desserrées, les dits tubes sont descendus et le palier bas frotte sur le sertissage de l'étai.

Honte à moi qui graisse tous les ans mon enrouleur (des graisseurs ajoutés sont là pour cela). depuis 10 ans, je n'ai pas vérifié le serrage des vis qui sont habituellement cachées par le bout de commande...

                 Il me suffit de re-hisser l'ensemble tubes-foc, de remettre en place tubes et vis. C'est toujours délicat au port. Je dois faire un "bidouillage" à la Marcgyver pour y parvenir, puis je remonte en tête de mât pour reposer les petites pièces qui tiennent les 2 demi-paliers haut (chance, j'ai à bord un bon stock de pièces Profurl)...Le "drôle" sera de ressortir ces 1/2 paliers qui ont commencé à descendre à l'intérieur du tube...J'y arrive "relativement" facilement. heureusement que le mouillage est calme. En deux jours, l'ensemble est à nouveau fonctionnel !

                 Ma mésaventure servira à "Utopie" le bateau de Patrick & Noëlle, arrivé sur nos talons, qui ont le même enrouleur: leurs vis se sont aussi desserrées, mais l'émerillon a porté la poids des tubes: il n'y a pas de dégâts en haut !

 

Le route de Tahanea à Tahiti-Iti...du 27 au29 mars

 

2 Route retour 2.jpg

 

                 Pratiquement tous les ans nous participons à la "régate-rallye" du Tour de Tahiti, organisée par le Yacht Club le W.E. de Pâques. Cette année, plutôt que de revenir à Arue pour en repartir le lendemain...flemme ou sénescence aidant...nous rejoignons directement le mouillage de Paofai sur Tahiti-Iti (la Presqu'île) où est prévue la journée de repos.

                 Journée agréable de retrouvailles aves les amis du club.

 

Quelques images (qui ne sont pas de moi) pour vous faire rêver

 

3 mouillage.jpg

Le mouillage

4 Le Pari.jpg

La cote du Pari (le sud de Tahiti-Iti)

5 Q2J Diabolic.jpg

Quille2 joie et Diabolic dans la 3ème étape.

 

                 Lundi 2 avril Ratafia reprend sa place au YCT. Depuis notre départ le 3 novembre, 2313 milles (4200Km) sont passés sous la coque, 16 nuits ont été passées en mer...

 

Et maintenant...

                 Finies "les vacances"...Il est nécessaire de faire de l'entretien...On commence par l'équipage et la tournée des "bobologues" divers, non que nous ayons des soucis particuliers, mais puisqu'ils nous aident à rester en aussi bonne forme que possible... Les dents vont bien...le poignet de Jane va bien... mes PSA augmentent et ma prostate aussi...Bref la routine !

                 Ratafia n'est pas oublié. un défaut sur la grand-voile a déjà été rectifié. La plateforme de notre régulateur d'allure qui a beaucoup travaillé dans les deux grandes étapes montrait deux fissures. Elle est partie se faire renforcer. Le tangon est en cours de remise en ordre mais il conviendra de changer les tubes. Je voudrais passer à du carbone. Ce serait moins lourd à manœuvrer...Depuis Tahiti, ce n'est pas évident de trouver les fournisseurs...

                 Et puis, dès que possible, nous attaquerons les deux grosses corvées que sont les  nettoyages annuels, au jet d'eau : il faut tout vider, du poste avant et du coffre arrière...

 

Les projets...

                 Habituellement nous ne repartons qu'en juin pour notre croisière" hivernale" aux Iles sous le Vent (IslV en abrégé)...disons plutôt la croisière de la saison sèche, fraîche et venteuse car la température descend rarement en dessous de 22° !

                 Cette année, le W.E. de Pentecôte, il y a, à Raiatea, un Boucan avec Engagement d'un futur Frère...Je compte bien y être et il se pourrait que passé la mi-mai nous restions aux "IslV ! l'avenir vous dira ce qu'il en aura été .

 

Courriers...

                 Le courrier papier devenant une pièce de musée, disons que, cette années, les rats n'ayant pas grignoté la ligne, tout est rebranché. A vos mails, Skype et autres Whatsapp !!!  

 

Bises et amitiés à toutes et tous.

                                                                                  Arue le14 avril  2018

                                                                                        Jane & Marc

 

Souvenir ...

6 Ilot Motupua.jpg

Aquarelle de Claire Bergman lors de leur visite à Ratafia.

L'îlot Motupua à Tahaa, avec en arrière plan les sommets de Bora-bora

 

 

 

 

 

Article technique facultatif pour les marins...insipide et hermétique pour les autres

 

            La partie sur les ancres que je vous ai retransmis m'a valu pas mal de commentaires  plus ou moins polémiques. Mon but n'était pas de critiquer qui que ce soit ni de juger de ce qui a pu être fait par le passé. Je voulais seulement de vous donner une opinion qui, justifiée ou pas, me semble mériter de l'intérêt.

Pour étayer mon affirmation, je vais devoir vous livrer le principal de mes échanges avec Marc. Voici le couplet concernant les efforts. La prochaine fois vous aurez droit aux chaines !

 

Bibliographie

...il existe quelques ouvrages ou sites pertinents qui posent en général assez correctement les éléments de base (efforts exercés sur le bateau) et qui permettent ensuite de poser calmement et pas à pas les réflexions sur les lignes de mouillage (constitution, dimensionnement, usage,… et limites !)

Ouvrage : un petit livre très intéressant, paru en 2003 du regretté Alain Poiraud (inventeur de l’ancre Spade) « Tout savoir sur le mouillage » Ed Loisirs Nautiques ISBN 2-914423-46-2.Il est possible que cet ouvrage soit épuisé mais encore disponible par exemple sur Amazon ou autres en livre neuf (34€) ou d’occasion.

Ouvrage : je déconseille la lecture du chapitre mouillage du livre des Glénans qui correspond à une conception du mouillage de l’époque où j’ai commencé à naviguer (fin des années 60…). Beaucoup de données et concepts erronés ou tout au moins dépassés.

Ouvrage : un livre électronique écrit par Pierre Lang « Techniques de mouillage avancées », voilier « Théo », navigateur belge avec lequel j’échange. Il lui arrive parfois de manquer de rigueur dans ses affirmations mais il a eu le mérite de peaufiner une simulation (non disponible malheureusement !) qui explique bien certains phénomènes. Pierre a (re)découvert, via nos échanges et peut-être à cause de mon insistance répétée, en utilisant son simulateur les avantages (2 fois moins d’effort sur la ligne de mouillage, sur l’ancre et bien sûr sur le bateau) d’une ligne de mouillage mixte. Son simulateur est plus sophistiqué que ceux développés par Alain Fraysse mais ses conclusions rejoignent celles d’Alain Fraysse et confirme la très grande importance des surtensions induites par les changements brutaux de force de vent (rafales !) et en conséquence la pertinence d’une ligne de mouillage offrant de l’élasticité pour diminuer ces surtensions. Par ailleurs Pierre Lang a pu mesurer l’intérêt d’une voile de mouillage double sur le fardage du bateau en gardant le bateau dans l’axe du vent (5°) a contrario d’un bateau non équipé qui va voir son fardage doublé lors de ses mouvements d’essuie glaces (30°) .

Blog : le blog d’Alain Fraysse (http://alain.fraysse.free.fr/) donne beaucoup d’éléments sur les forces en jeu. Par ailleurs il fournit un tableur excel qui permet de simuler, pour chaque bateau et force de vent, les ordres de grandeur des forces statiques et dynamiques (le plus important !!) en jeu.

Site web : il y a de nombreux sites de « chat » sur le mouillage mais c’est très souvent du bavardage et des échanges parfois musclés d’opinions non étayées. Il existe quelques rares sites comme www.coxengineering.sharepoint.com qui sont intéressants car ils complètent les bases de données factuelles.

 

 

Calculs des efforts et simulations

 

Des simulations faites sur la base du tableur de Pierre Lang donnent les efforts statiques bateau dans l’axe ainsi que dans une embardée. Ce tableur permet de calculer le fardage de son bateau en entrant les caractéristiques propres.

Par exemple pour le bateau de Pierre (sloop de 12,50m et 9,5t) il obtient 320kg d’effort statique bateau dans l’axe sous 40 kts mais aussi 1250kg sous un vent constant (effort statique) de 60kts avec une embardée à 37° sur un bord.

Pour mon voilier de 15,80m et 17t en charge cela donne 680kg d’effort statique à 50kts et 2460kg à 70 kts lors d’embardée à 37°.

Ces efforts sont dits statiques car ils sont calculés comme si le vent était constant même dans les rafales.

En réalité la situation se complique quand il y a une variation brutale (par exemple passage de 50kts établis à 70 kts dans la rafale avec une montée en 5 secondes). Dans ce cas le bateau va se déplacer sous l’effet de la rafale approximativement dans l’axe du vent et prendre de la vitesse et cette énergie cinétique va se traduire par un effort supplémentaire.

Vue d’un autre angle théorique cette variation brutale de la force du vent est une excitation par un échelon de vent d’un système mécanique complet qui va se mettre à osciller à sa fréquence propre (ou pseudo-fréquence car il s’agit en fait d’un système résonnant amorti). Le système en question est le bateau avec sa ligne de mouillage accrochée à une ancre, bateau qui va avancer et reculer au rythme de cette résonnance pseudo-sinusoïdale. Ce système comporte des amortisseurs naturels (friction de l’eau sur la coque, dissipation d’énergie à l’intérieur du bout de mouillage, etc…) qui vont tendre à amortir cette résonnance et, à terme, on retrouve les valeurs dites statiques (déplacement, effort sur la ligne de mouillage,…) :

 

§Avant l'augmentation du vent la ligne subit un effort égal au fardage du bateau à la valeur du vent moyen (effort statique).

 

§Au moment de l'augmentation du vent la ligne subit un effort de type pseudo-sinusoïdal amorti dont la valeur moyenne est celle du fardage lié à la nouvelle valeur du vent moyen (effort statique) et les valeurs pics pendant ces oscillations sont dites « dynamiques » (« effort dynamique ») et elles sont transitoires, le mouvement et les efforts subis par la ligne convergeant, à cause de l’amortissement, vers l’effort statique.

 

Les simulations, faites par Pierre sur le modèle de son bateau (on peut refaire ces simulations avec le tableur d’Alain Fraysse, disponible sur son blog, avec des résultats très similaires), conduisent à passer de 1500kg d’effort statique dans une embardée à 2360kg d’effort dit « dynamique » avec l’utilisation d’une ligne de mouillage mixte (30m de chaîne de 10m/m et 50m de bout 3 torons nylon de 24m/m). Ces éléments de la ligne de mouillage sont liés au bout que Pierre a à bord en Islande et ne sont pas forcément la combinaison la plus pertinente.

La même simulation avec une ligne de mouillage tout chaîne conduit à 4940kg (!!!) soit plus du double. A noter que 5t est la charge de rupture d’une chaîne de 10m/m grade 40…

Note1 : les simulations de Pierre sont très intéressantes mais présentent des écarts par rapport à la réalité sur plusieurs points comme l’amortissement réel du phénomène. Toutefois le pic de charge est parfaitement correct au tout début du créneau de vent (rafale), les oscillations suivantes (surtout en chaîne seule) sont irréalistes mais ne conduisent pas à une conclusion différente sur la charge maximale. Les simulations élaborées par Alain Fraysse ne s’intéressent qu’au premier pic de surtension, ce qui est largement suffisant pour le dimensionnement des éléments de la ligne de mouillage. Le modèle élaboré par Pierre Lang permet (un peu laborieusement) de simuler une excitation perverse du vent sur le système résonnant. Ce scénario pervers est celui qui synchronise les créneaux de vent (rafales de durée limitée) avec la fréquence de résonnance du système de mouillage. Au-delà de la difficulté à simuler ce scénario avec le simulateur de Pierre Lang il convient de noter que le point majeur de faiblesse de ce scénario est lié à la très grande imprécision quant à la modélisation de l’amortissement. Il me semble (opinion toute personnelle) que l’amortissement réel est important et qu’il rend non pertinent ce scénario pervers.

Pour les amateurs ce scénario pervers est celui qui oblige les troupes militaires à pied à franchir les ponts sans marcher au pas au risque sinon d’exciter la fréquence de résonnance du pont et de provoquer sa rupture, ce système mécanique ayant un amortissement naturel assez faible.

Note2 : quand il est fait référence aux efforts dynamiques il s’agit de mise en tension lente (voir les vitesses et accélérations réelles du bateau : on n’est pas en F1 !), rien à voir avec ce que subit une corde d’escalade qui subit la chute d’un grimpeur en facteur 2 (c’est-à-dire quand le grimpeur décroche/chute à une longueur de corde au-dessus du point d’amarrage).

L’examen du tableur d’Alain Fraysse conduit à des choses assez similaires et l’ouvrage d’Alain Poiraud, qui a collaboré avec Alain Fraysse, est un fidèle reflet des charges « dynamiques » calculées qui sont de 2 à 3 fois celles en statique.

Note3 : quand on est un peu paresseux il est souvent assez correct de calculer les efforts par extrapolation d’un bateau sur l’autre. Le ratio des efforts est le carré des rapports de longueur. Même si les voiliers ont des tonnages ou des superstructures ou gréements différents ce qui reste pertinent est l’ordre de grandeur des efforts subis en tonnes et non pas le troisième chiffre après la virgule.

 

 



15/04/2018
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 119 autres membres