Les Nouvelles de RATAFIA

Les Nouvelles de RATAFIA

116 : Les Nouvelles de RATAFIA du 25 juin 2019

 Les Nouvelles de RATAFIA n° 116

28 juin 2019

 

 

Samedi 1er juin...

                                   Comme prévu et annoncé, Anaïs arrive (avec le retard  habituel de  FrenchBee).

Visite au belvédère pour lui montrer ce qu'est un lagon et l'implantation de Papeete...avant de l'initier à la spécialité polynésienne du "poisson cru lait  coco", qu'elle mange avec plaisir !

     Le dimanche, à 6 h du matin, c'est le tour de marché typique de Papeete d'où nous ramenons du" Pua Hape": un bambou plein de viande de porc, cuit au four tahitien.        

1 Pua Hape.JPG

Après un intermède "WC", le reste de la journée est consacrée à la mise en ordre finale du bateau en vue d'une navigation directe vers Mopélia si Anaïs se comporte bien en Mer.

    Trop fatigué pour un appareillage en fin d'après midi, le départ se fait le lundi 3 juin, ce qui est meilleur pour une arrivée mercredi matin sur Mopelia.

 

Prémonitoire ?

            Fin décembre (Nouvelles n°111) je vous disais:

1969 Jane venait vivre avec moi...

1999 Nous arrivions en Polynésie Française...

Attendez- vous à ce que 2019 marque un nouveau tournant dans notre vie...

 

et quel tournant !

2 Photo jrcc.JPG

16°46.254 S et 153°56.858 W... le danger c'est bien la terre !!!!! 

 

En bref:

            Toujours pas compris ce qui s'est passé: il me manque entre 10 et 20 minutes. Vers 7h vu Mopelia et montré à Anaïs les cocotiers. Il restait environ 6 milles soit une petite heure.

            J'ai bouiné sur l'ordi, mis un point "MOB" par erreur et cherché à l'enlever ...sans doute une "absence" (voir plus bas) car je ne dormais pas...ou pas consciemment ! Choc terrible. Le temps de rouler le foc le bateau était trop loin sur le platier et l'hélice hors de l'eau...

                                                J'ai dit à Anaïs: "le bateau est perdu".

            Lancé un Mayday  message radio de détresse pour qu'un voilier dans le lagon prévienne à terre. C'est "ZWERVER", un hollandais au large qui m'a répondu (Merci à lui !) en me demandant s'il devait se dérouter pour assistance et en appelant le JRCC (Join Rescue Coordination Center) dont le Gardian, avion de la Marine Nationale, a survolé Ratafia quelques minutes plus tard.

 

            Entre temps, débarqué Anaïs sur le corail avec gilet et VHF. Mission: passer dans la brousse, trouver un sentier vers Marcello / Adrienne. Pour ceux qui ne connaissent pas la difficulté de la marche sur le platier battu par les vagues, il faut dire que c'était plus qu'impressionnant pour une si frêle jeune fille inexpérimentée. Sans compter qu'il lui fallait "descendre" du bateau sur le récif.

            Anaïs a fait un exploit que les connaisseurs saluent et apprécient à sa juste valeur..

                        Cette demoiselle courageuse mérite  des félicitations !

 

            Le Commandant du Gardian a insisté pour que, moi aussi, je quitte le bord  qui ne présentait pourtant aucun risque car échoué, mais qui cognait dur sous les coups de boutoir de la houle..

            Préparé le minimum de matériel à sauver quand Marcello est arrivé, alerté par le JRCC...et qui a rencontré Anaïs sur le chemin qu'elle avait trouvé.

 

            Détresse de perdre ainsi 40 ans de vie et encore pleins de projets...avec la honte de ne pas avoir eu assez de force pour  "digérer" deux nuits pratiquement sans sommeil ...et surtout de ne pas m' être rendu compte de mon état de fatigue !

 

 

            Une seule réponse possible:               Mektoub !

 

3 Cabine du Gardian.jpg

 

Dans la cabine de pilotage du Gardian, avec le commandant Cyril Gennari, lors de notre visite de remerciement à toute l'équipe du JRCC.

 

            Le naufrage de RATAFIA puis son pillage par une partie de ceux qui sont venus m'aider (ou regarder ce qu'ils voleraient dans la nuit ?) ont, vous vous en doutez, provoqué une très grande émotion et une telle abondance de messages de soutien que je ne peux répondre à tous. Puissent ces dernières "Nouvelles de RATAFIA" le faire pour moi.

           

4 Déchargement 1.JPG

 

Pour ceux qui le veulent:

 http://www.ladepeche.pf/mesaventure-a-mopelia-solidarite-puis-pillage-apres-naufrage/  

 

 

 

 

Parce qu'il a été l'un des premiers, voici le message de Sylvain Carpriaux (Cf. Nouvelles 114)

 

Cher Marc.

Merci de ton message soulignant à quel point ces 8 jours passés furent une épreuve.

 

Si les terriens sont incapables de réaliser de quoi il s’agit, les marins que nous sommes ont peu de chance de toucher de près ce par quoi tu es passé. Ce long moment t’appartient et tu sauras le transcrire aux néophytes que nous sommes si l’envie t’en prend un jour,....

 

Et vider un bateau dans de telles conditions (fatigue, âge, déprime...) est une gageure qui souligne que tu as déjà décidé de te relever de cette fin tragique de Ratafia... merci de nous avoir rassurés ainsi!

 

Tu sais bien que tu tirais déjà un peu sur la corde (ou le bout...) et malgré cela, en Marc Lucas qui ne laisse pas un mille lui échapper, tu persistais à envoyer la toile du temps, voire un peu plus, tant tu aimes cela. Et ce, depuis 1963.

 

Or, on peut imaginer de nombreuses variantes à une fin moins spectaculaire de ton parcours de marin.

 

 - Tes ennuis de santé auraient pu en être la cause et tu sais bien que ta récente "évassan" s’est bien terminée mais c’était chaud quand même....

 

 - Tu aurais pu opter pour l’option de Jane voici quelque temps et mettre pied à terre en conservant Ratafia au port. Je te vois bien te minant de ne pouvoir à chaque instant réviser, améliorer, bouiner sur ton cher et si fidèle bateau, basé à quelques centaines de mètres de toi, soit autant de distance de trop...

 

 - Ratafia aurait pu être vendu et quel qu'en soit l’acquéreur, tu n’aurais jamais accepté ni sa façon de naviguer, ni le piètre entretien que cet occupant parasite aurait tenté de prodiguer à Ratafia.... au fond de toi, tu n’aurais probablement jamais accepté ce divorce. Mélancolie et nostalgie se seraient unies pour obstruer ton esprit à chaque instant et insister sur le fait que la séparation fut trop hâtive...

Certes la situation, telle qu’elle s’est présentée à mes oreilles, voici quelques jours, laisse sans voix...

 

Comment Marc a-t-il pu faire une faute de navigation aussi basique que même un débutant l'aurait  évitée ?

Comment son équipière du moment a donné l’alerte pendant que Marc, sonné, réfléchissait difficilement à ce qu'il convenait de faire.

Comment le sort s’est il jeté sur Ratafia justement au moment - rare- ou Jane est absente du bord ?

Comment cet atoll de Mopelia, si cher à vos premiers sillages voici 18 ans déjà, dans lesquels vos amis découvraient votre paradis, a pu s’arroger un quelconque droit à sanction ?

 

Nous te connaissons et t’apprécions pour, entre autre, ton côté cartésien.

 

Cette qualité bien ancrée chez toi ne va pas t’aider à accepter que Ratafia ou Mopelia aient pu décider pour toi d’une fin de parcours nautique, après autant* de milles parcourus, de dangers et écueils évités, de fidélités, d’aventures...(* plus de 160 000 milles...)

 

Pourtant, à mon regard, si les éléments se sont conjugués pour laisser libre cours à cette fin, certes tragique pour Ratafia, mais si heureuse pour l’équipage de ce dernier, ce n’est pas complètement par hasard.

 

Tu sais combien ce naufrage aurait pu s’emparer de toi plus cruellement encore si une vie avait été enlevée...

 

Tu parles dans ton mail de ton questionnement sur la force de rebondir...

 

N’est pas Lucas qui veut et je n’ai aucun doute sur ta capacité à rebondir.

 

Et j’étaye mes convictions sur les propos soulignés plus haut qui, chacun à sa façon, apportent sa pierre à ton futur et imminent rebond.

A savoir aussi, et cela doit t’aider plus que tout, que Jane a besoin de toi.

 

Et nous, nous qui lisons tes exploits, tes aventures, tes péripéties, depuis tant d’années, dans vos blogs, Sillage après Sillages, Nouvelles après Nouvelles...

Nous qui n’abordons pas tantôt Rapa Nui, tantôt les Marquises ou les Australes... sans avoir préalablement étudié les notes et reporté les WP relevés dans les sillages techniques de Ratafia, que nous conservons si précieusement à bord....

                ...Et vous rentrez indemnes...

                                                                                                                             Chapeau l’artiste !

 

 

Pour ceux qui le veulent:

 http://www.ladepeche.pf/mesaventure-a-mopelia-solidarite-puis-pillage-apres-naufrage/  

 

"Un clou chasse l'autre"...

 

            Parce qu'elle souffre de plus en plus d'un peu partout, il y a un certain temps que Jane aurait bien voulu mettre "sac à terre"...mais pas moi...et comme ma bonne "épouse-équipière" ne consentait pas à ce je navigue seul longtemps, elle embarquait (à contrecœur) pour me soutenir.

             Depuis un certain temps, une maison était en vue à Raiatea, qui devait être la maison de Jane...depuis cet après-midi elle sera la nôtre et m'occupera, l'esprit, un certain temps...

 

            La disparition de Ratafia aura au moins cet avantage que le couple sort d'une "zone de turbulences"...

 

Localisation:

 

5 Implantation détaillée.jpg

 

 

Présentation:

 

6 Maison Raiatea1.jpg

            Il y a pas mal de travaux à y faire (huisseries à changer, traitement anti-termites, peintures, aménagement de la cuisine, des chambres, de l'accès...) avant de pouvoir y emménager.

             A défaut de pouvoir habiter sur Ratafia, nous louerons une proche maison,  le temps des travaux .

 

 

         Voilà, vous savez tout de notre vie passée ...maintenant nous voilà terriens .

 

            Ici, je remercie d'abord ma Jane chérie pour sa chaude présence dans un moment plus que difficile, je remercie ensuite toute sa famille (qui est aussi la mienne) pour l'avoir soutenue et encouragée à abréger son séjour et venir soutenir ici "le vieux cabossé" ! .

Je remercie aussi tous ceux dont les mails de soutien m'ont bouleversé et tiré les larmes des yeux.

 

            Une nouvelle page de ma vie commence...mais Ratafia n'est plus et les "Nouvelles de Ratafia" se terminent avec ce n°116.

 

                        Ainsi va la vie....

 

                                                                            Avec tristesse...amitiés à vous tous

                                                                                              Jane & Marc

                                                                                              25 juin 2019



26/06/2019
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 136 autres membres