Les Nouvelles de RATAFIA

Les Nouvelles de RATAFIA

94 : Les nouvelles de RATAFIA du 6 janvier 2017

Les nouvelles de RATAFIA n° 94

du 6 janvier 2017

La route de l'île de RAPA à l'Archipel des GAMBIER

 

 

Rappels météorologiques sur la région.

            Que les initiés me pardonnent et passent directement à la route...

 

  • Particularité de la zone.

            Au dessus de l'équateur, l'air chaud s'élève. C'est une zone de basse pression, donc de vents faibles :la Zone Intertropicale de  Convergence (ZIC). Cet air chaud, une fois en altitude, se refroidit et retombe de chaque côté. Ces masses d'air froid forment les hautes pressions que sont les anticyclones de chaque côté de la ZIC. Entre les anticyclones et la ZIC soufflent les alizés , ces fameux "Trade Winds". 

Sur l'Atlantique, c'est clair: l'anticyclone des Açores est au Nord, et celui de Ste Hélène au Sud.

 

            Pour le Pacifique qui est immense, les choses sont moins simples: dans sa partie Sud il y a deux anticyclones: celui de l'Île de Pâques, le plus à l'Est, et celui de Kermadec plus à l'Ouest.

Entre ces deux meules, un couloir où ce forment et circulent des dépressions: la Zone de Convergence du Pacific Sud (ZCP).

 

            Voici la situation ce samedi 17 décembre:

1 ZCPS.jpg

            Nous connaissons bien cette situation qui peut être très stable: quand nous sommes à Gambier (= Mangareva sur l'image), c'est la belle saison...que nous prisons beaucoup !

 

            Cette année je souhaitais passer par Rapa, mais je ne me suis pas méfié de la date de départ, après l'Assemblée Générale qui avait lieu le 18 novembre: c'était bien trop tard pour la météo.

 

Une fois arrivés à Rapa, j'ai réalisé trop tardivement le piège*...nous étions dedans et il a fallu en baver pour en sortir !

 

            *Vous le devinez sur l'image: entre Rapa et Gambier la route remonte contre le flux de l'anticyclone Pasquan.

  • Particularités de Rapa

Le récit de la nuit du 12 au 13 décembre2016,  vous dira nos émotions...

Il pleut, il pleut, pas un peu mais comme un ruminant qui s'oublie...des trombes d'eau...

Le vent n'est pas très violent, environ force 6, mais dans la baie il souffle en fortes rafales qui tourbillonnent et viennent, alternativement,  du NW puis du NE...Ratafia lancé dans une direction, tire sur sa chaîne de violents rappels malgré l'amortisseur de mouillage...avant que la rafale suivante ne le renvoie à la case départ!

 

            Sauf à un endroit où nous ne sommes pas, les fonds sont de mauvaise tenue...et les bancs de roches pas très éloignés...        Pas question de dormir dans ces conditions...Je me relève et vais prendre la veille à la table à cartes où l'ordinateur est allumé. Une image de la baie avec la position de Ratafia , merci  SasPlanet et Google !

 

            Nous avons mouillé dans 12 m d'eau, 35m de chaine  avec deux bouées pour soulever les derniers mètres et atténuer les frottements  sur la roche...

Dans la nuit la bouée qui était normalement à 2m sous l'eau vient cogner contre la coque...

Sondeur: 6 m d'eau ! Aurait-on dérivé vers un haut fond ? L'ordi ne dit rien de semblable...Je vais à l'avant (avec le ciré car il pleut des cordes!) l'eau est couleur chocolat, la bouée est en surface mais le bateau ne dérive pas ... Retour au sec, examen des différentes possibilités puis finalement, on se calme, décision de faire confiance au GPS qui dit que l'on n'a pas chassé. Pour la sonde, la seule explication serait une couche d'eau douce en surface qui a brouillé les ultra-sons... pour la bouée remontée puis re-disparue,  un "ofni" invisible dans le chocolat...???

 

Il fera jour quand je regagnerai ma couchette...

 

Eléments ponctuels de notre départ:

 

  • Le premier c'est que notre but final est l'Archipel de Gambier, pas de passer Noël à Rapa.
  • Le deuxième est que la ZCPS est bien en place et que j'ai conscience que nous n'en sortirons qu'avec les forceps...Ce 27 décembre, alors que j'écris ces lignes, la situation n'a pas changé: il est clair que nous n'avions pas d'autre solution que celle qui a été prise.

 

  • A preuve cette carte (pas de bonne réception) mais explicite sur ce qui nous attendait !

 

2 18 déc.jpg

 

  • "Si tu as eu la chance d'échapper au lion, ne cherche pas à le capturer..." Une dépression s'annonce à nouveau et je n'ai aucune envie de l'étaler sur place, le large est plus sécurisant, quitte à prendre la cape si c'est trop dur dehors. Au moins on ne risque pas de déraper vers les roches

 

             Et voilà pourquoi le samedi 17 nous relevons l'ancre...avec un peu mois de mal que nous ne le redoutions...mais heureusement que le guindeau est renforcé par un arc-boutant qui soulage son embase, il a dû tirer dur !

 

La route de Gambier du 17 an 23 décembre;  580 milles à faire dans le 65° vrai.

 

Samedi 17

            A 13h nous sommes sortis... Comme prévu le vent est NE, 18 / 20 nds, c'est donc au près que nous faisons route. Malgré tout, les conditions sont meilleures que redoutées. Zigrib consulté avant de sortir nous laisserait espérer même du S...L'avenir dira qu'il n'en a rien été  !

            Dans la nuit, le vent fraîchit et la trinquette prend le relai.

 

Dimanche 18

            Si les conditions restent assez bonnes dans la journée, cela se dégrade sérieusement dans la nuit. les cartes MTO ne nous laissent aucun espoir: une première dépression est sur nous... Une seconde est en vue...il faut espérer passer entre les deux. 125 milles avalés depuis 24h, au près et dans cette mer c'est bien.

 

Lundi 19

             Le vent et la mer ont beaucoup forcis. En rapprochant les cartes météo, j'ai soupesé toutes les éventualités et finalement, vers 2h du matin, nous prenons la cape tribord amure

 

3 analyse.JPG

 Il pleut très fort. Vent moyen  force 7, parfois plus. Cela nous fait dériver vers l'W à près de 2 nds (sur mon analyse des prévisions, j'ai tracé, en vert, NNW car je n'ai pas tenu compte du courant), mais notre trajectoire nous éloigne du centre dépressionnaire.

            Option réussie, la dépression allant plus vite qu'annoncé, avant midi nous remettons en route sous trinquette et GV réduites, au début. Le vent revenu est trop variable dans une mer chaotique où les voiles ne portent pas, il faut solliciter le moteur vers 17h. Malgré tout: 87 milles au compteur journalier...

 

Mardi 20

            Moteur toute la nuit, c'est bon pour le repos de l'équipage bien calé dans les toiles antiroulis...

10h fini la paresse, le vent est revenu au SW, le tangon est gréé sur tribord malgré une mer encore forte. J'ai bien suggéré que le spi porterait mieux...mais c'était une boutade avec 3m de creux.

Cap direct sur Gambier à 375 milles. On peut à nouveau espérer y arriver avant Noël.

 

Mercredi 21

            1h du matin...le vent est remonté à l'W voire WNW. le tangon est amené. Dans la journée un peu de soleil pour sécher. il faudrait re-tangonner sur l'autre bord,  mais la mer est très creuse et je rechigne à jouer les virtuoses acrobates à l'avant...Alors on lofe un peu de trop et on verra plus tard, d'autant que le vent "devrait" revenir au sud. 148 milles au compteur malgré tout.

 

Jeudi 22

            Le vent est enfin revenu plus sud.  Re-tangonné aux aurores, avant d'envoyer le spi (enfin !) vers 9h...et de lancer le moteur à midi. A  15h, le vent semble se décider à revenir pour de bon et c'est le génois tangonné qui prend la relève pour la fin du parcours.

Les cannes ont été mises à l'eau dès l'aurore: 3 thazards  sont montés à bord et un espadon se décroche pour le plus grand plaisir de Jane ...et du mien aussi : à cause de notre trop petit frigo, une grosse prise (donc une grosse bagarre) ne présentait pas d'intérêt si loin du but

Vendredi 23

            A 6h Ratafia entre dans le lagon par le SW. A 9h il est mouillé à Akamaru ...

                                               Nous voilà à Gambier Ouf !

 

4 la route rapa gambier.JPG

 

Bilan de cette 3ème étape:

             Etape de 704 milles, pour 580 théoriques; 619 à la voile, 85 au moteur et 6 nuits en mer.

 

Totaux depuis Tahiti:

            1507 milles à la voile, 92 au moteur et 15 nuits en mer !

 

 

L'Archipel des Gambier

5 Gambier.jpg

 

 

                                                                                                                                                                     Bonne fin d'année

                                                                                                                                                                          Jane & Marc

 

            Faute de connexion Internet, il nous a été impossible d'envoyer ce mail avant la fin de l'année. Ce n'et que ce 6janvier que je peux tenter ma chance...A Gambier, nous sommes au bout du monde !

 

IA ORANA I TE MATAHITI API

 

 



07/01/2017
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 111 autres membres