Les Nouvelles de RATAFIA

Les Nouvelles de RATAFIA

96 Les Nouvelles de RATAFIA du 4 avril 2017

Les Nouvelles de RATAFIA n° 96

4 avril 2017

 

            Les  nouvelles 95 étaient du 23 février... Depuis, environ 1000 milles, sont passés sous la coque puisque nous sommes revenus à notre base du YCTahiti.  ..

 

La fin du séjour à Gambier

            Nous sommes en précampagne des élections municipales...L'ancienne municipalité téléguidée par "le vieux lion" torpille les travaux de réfection de la route sous prétexte que le gravier venant de l'atoll de Hao (ancienne base arrière de Mururoa) serait contaminé... On peut en sourire d'autant que, après l'abandon du projet,  ce gravier soit-disant empoisonné a été racheté par ceux-là même qui" pétitionaient" contre son emploi ....

            Pour ne pas perdre la main, la nouvelle municipalité a lancé l'idée d'un "Mini-Festival des Arts", comme cela se fait aux Marquises .

   L'ancien emplacement du hangar de protection ayant été nettoyé par l'armée, a été transformé en "tahua", place rituelle pour les chants et danses, entourée d'une palissade de troncs de cocotiers et dotée de bancs et d'un espace abrité.  L'ensemble est du plus bel effet.

Remarque: Tahua est le nom tahitien, je ne sais pas le nom mangarévien..

 

1 Tahua.JPG

            Bien évidement, les "vieux" mangaréviens que nous sommes (cela fait 18 ans que nous avons touché les Gambier pour la première fois) ne pouvaient pas manquer cette fête.

2 Montage jour.jpg

            Vendredi 24 février, le matin, ouverture du festival, après la prière collective et les discours, les enfants des écoles montrent leur savoir faire, aussi bien en danses traditionnelles qu'en chants agréables...

            Et le soir c'est une bonne partie de la population qui s'exprime dans les danses et les chants... Les danses sont organisées autour d'un thème: une légende qui raconte les luttes fratricides qui opposaient les différentes îles ou même les différents clans sur Mangareva.

3 Montage nuit.jpg

Merci à  Alain LORME qui avec des appareils bien plus performants que moi  a fait ces photos.

 

 

            Pour que la fête soit complète, repas offerts par la municipalité pendant les 2 jours de festivités... mais là, instruit par des expériences marquisiennes, mes tripes étant sensibles à ces préparations où la chaine de froid est "élastique", j'ai préféré m'abstenir.

4 Kai kai.jpg

...et pourtant !

 

5 Jane & Vaï.JPG

Merci Mr; le maire et toute la municipalité

 

 

 

            Fini le festival, puisque c'est la nouvelle lune, direction le nord de l'archipel vers Puaumu et son platier "intéressant la nuit".

            Hélas - nous l'avions pressenti l'an dernier- la maladie des cocotiers a progressé et de la belle végétation il ne reste que des troncs.

6 Puaumu.jpg

            Ajoutez à cela qu'un groupe de jeunes y a passé plusieurs semaines: il ne reste quasiment rien de vivant sur le platier... Tristesse !

 

 

La fin du séjour à Gambier...

            Au cours d'un vidage-nettoyage de l'atelier du YCT, j'avais récupéré, car il partait à la benne, un pot de peinture "Métagrip" destiné aux bateaux en aluminium. Bien sûr je n'en avais pas l'usage, mais à Akamaru, Rémy a une belle barque quasi neuve qui méritait ce produit.

            Seul problème...environ 500 Kg plus le moteur. Profitant des bras des visiteurs la barque a été sortie, poncée , peinte et remise à l'eau, avec les moyens de fortune dont nous disposions.

7 Barque remy.jpg

 

Début mars, la météo a changé. L'anticyclone pascuan qui nous a fait l'un des plus beaux étés que nous ayons eus ici, s'est allongé et un bel alizé est établi.

   C'est plus tôt que souhaité pour revenir sur Tahiti, mais rien n'empêche une escale dans les Tuamotu, en attendant début avril. La route aller a été dure, ce serait dommage de ne pas profiter du portant qui s'annonce.

    Alors nous préparons la sortie, tournée des "au revoir" et pleins divers.

Voici le cockpit au retour d'une cueillette...Merci Pauline qui nous a permis ces provisions !

8 pamplemousses.JPG

 

 

 

La route de retour

9 La route 1.jpg

Que dire de cette première demi-étape ?

            - vent assez fort annoncé pour jeudi 17 et jours suivants : 20à 25 nds mais par l'arrière.

            - houle de 2m + la mer du vent.

            - ce qui n'était pas prévu: des grains parfois très violents

            - et le deuxième pilote électrique qui rend l'âme dans la passe de sortie (*voir à la fin)!

 

Mercredi 15 mars     A 16h nous sommes dégagés de l'archipel. Vent modéré, génois tangonné, trinquette sortie et G.Voile réduite. Le bateau est stable et marche bien. N'ayant plus de pilote électrique, c'est notre brave Atoms prénommée "Mémé" qui devra se coltiner le travail...mais c'est habituel à bord!

jeudi 16          A7h, dans un grain très violent, le tangon casse. Je croyais ce tangon (transformé en télescopique avec un morceau acheté à Amanu en 1999) indestructible...la preuve que non !

Jane a vu 35 nds à l'anémomètre...quand elle est rentrée.                           150 milles.

Vendredi 17   C'est la chevauchée des Walkyries. Obligé de bien réduire pour éviter de plier le 2ème tangon dit "de petit temps". roulé la trinquette car on est très près du vent arrière. Pris une petite bonite .                              143 milles.                                                                

 

Samedi 18      Ca brasse mais ça avance. Renvoyé un bout de trinquette.  Il y a moins de grains                                                                                                                                                                                                                     152 milles.

Dimanche 20 Le temps s'est carrément mis au grand beau confortable.    Il faut abandonner le rêve caché de Motutunga,  nous passerons devant dans la nuit où les grains sont revenus, et nombreux.                                 149 milles.

Lundi 21        Capeyé pour attendre le jour. Mer forte mais se calmant aux approche de l'atoll. Dès que cela semble possible, à 7h, nous embouquons le petite passe de Otua. Pas trop difficile, mais la remontée dans le lagon avec le soleil de face est dangereuse. Je choisis le cap au SE pour un meilleur éclairage et nous serons bien abrités par le gros motu Upa.

 

Bilan étape: 684 milles en 111h c'est bien pour notre vieux (et petit) bateau...

 

10 Vague soleil.JPG

 

 

Le séjour à Tahanea

 

            Un atoll, c'est une île pleine d'eau. Tahanea en est l'exemple type.

  45 Km dans sa plus grande dimension et quasiment pas de terres tout autour de l'anneau corallien.

   Je vous ai déjà parlé de Tahanea (Nouvelles 87 d'il y a un an). Peu à dire de plus.

 

            A cause du soleil matinal nous choisissons cette année de descendre vers le dernier Motu.

11 Tahanea-1.jpg

 

            Surprise: il est habité par Nicolas et Henri, venus de l'atoll voisin de Faaite pour y récolter du coprah. Bien évidement nos pamplemousses et citrons verts sont appréciés...comme le Doliprane car Nicolas a mal à une dent (pourrie!).

 

Comme je me renseignais où attraper des Kaveu, ces délicieux crabes de cocotier, le jeunes m'ont répondu qu'il le feraient pour nous les "matahiapo" (= les anciens). Evidement un gâteau faisait le chemin inverse !

10 Kaveu seul.JPG

13 Jane & Nicolas.JPG

14 Marc Nicolas Henri.JPG

           

 

            Les pilotes sont autopsiés: pannes d'origine électronique (thyristor ?) . Je ne peux rien ici.

Je regarde comment bricoler un moteur électrique venant d'un autre grand navigateur: Janutz Kurbiel, pour transformer l'Atoms en autopilote...

            La météo ne m'en laissera pas le loisir: une petite dépression vers Tahiti va provoquer une rotation du vent avec des orages en prime ! Solution: dès le lundi 27 il faut tailler la route en espérant être garés avant l'arrivée du mauvais temps.

 

 

Lundi 27 mars          A 9h, pour avoir le soleil autrement que de face,  nous quittons le motu avec quelques langoustes (donnée par Nicolas & Henri pour la route). Nous finirons de préparer Ratafia près de la grande passe.

            A 16h nous sommes sortis. Passe très dure à cause du fort coefficient de marée (107).

            Dehors, les grains redoutés sont au rendez vous ! Mektoub !

Il faut longer Tahanea,  de près,  puis parer Faaite dans la nuit noire...en surveillant le cap car sous les grains le vent change de direction...et Mémé aussi. Accessoirement il y a des courants non négligeables, avec ce gros coefficient de marée...

            Nous saurons à l'arrivée qu'un voilier vient de faire côte dans la zone...avec une cargaison de cocaïne !

            A 22h30, nous pouvons enfin nous détendre: il n'y a plus d'île à surveiller, seulement les grains (moins nombreux) et les autres bateaux car nous sommes sur une route fréquentée...

15 la route 2.jpg

 

 

Mardi 28.       Mer bien formée, voilure réduite, mais en faisant courir car il faut absolument arriver avant jeudi matin où les choses doivent se gâter.

            Un petit thon est monté à bord. Merci Neptune.                                                     162 milles.

 

Mercredi 29.              La nuit n'a été qu'une succession de grains. je n'ai pu que somnoler sur un des bancs du cockpit. Rouler pour saluer le grain (l'un a été impressionnant de violence), dérouler derrière car il n'y a plus de vent...et bis répéta le quart d'heure suivant...La vitesse s'en ressent.

            Les éclairs qui sont sur l'avant ne me plaisent pas du tout. A 14h le vent vient plus Sud et il faut dé-tangonner  (ouf !  on a réussi à ne pas le plier !). je démarre le moteur pour marcher "voile et moteur".          A 17h nous sommes à la pointe Vénus.  141 milles dans les dernières 24h .

 

A 19h Ratafia est à sa place...La nuit sera grains pluie orage...mais nous sommes planqués !!!

Super ouf !!!

            Bilan étape: 301 milles en 51h c'est bien surtout dans ces conditions!

Maintenant y a pu ka remettre Ratafia en parfait état.

Un tangon, deux pilotes, une poulie de bastaque...

 

 

Santés et  projets....

            Là, disons le tout net, même si nous restons jeunes et beaux, intelligents au maximum, etc... ce n'est pas parfait !

 ● Le poignet de Jane n'est plus opérationnel, pire il est devenu dangereux car non fiable. Malgré la dénervation de l'an passé, les douleurs sont parfois fulgurantes et la main lâche prise. A Gambier, par deux fois Jane est ainsi tombée dans l'annexe. Il est connu que "l'homme à la mer n'a pas sa place à bord" ... que dire de la compagne ?          

Les spécialistes contactés dès l'arrivée semblent préconiser une "arthrodèse"...Un mois (au moins) de plâtre...C'est pas la joie !

● Pour moi c'est "la pisserie" (excusez le mot). Malgré les drogues réglementaires c'est de plus en plus laborieux et douloureux. Là aussi la faculté va être consultée. Il ne serait pas impensable de devoir "ramoner" la prostate ...

 

Conséquences: pour le moment, tout est en stand-by.

            Plus question de "Tour de Tahiti" ni de navigation avant juillet sans doute, et encore, ce n'est     pas certain.

            Pas de grandes traversées non plus pour moi. Adieu le convoyage de Mata'i...

            Si on arrive à décoller fin octobre/ début novembre ce sera déjà bien !

 

L'avenir dira ce qu'il en sera... pour le moment je refais les vernis extérieurs: ca occupe l'esprit sans avoir besoin de réflexion profonde!

...mais à part ca, madame la marquise, tout va très bien, tout va très bien...

 

 

 *Histoire des pilotes

            En 1983, j'ai racheté d'occasion ( à Michel Malinovski) un "Autohelm 5000"(dont les mauvaises langues m'ont dit alors qu'il ne durerait pas). En 1996 j'ai échangé ( avec Roger Lesage) le Booster de Ratafia contre un autre "Autohelm 5000" de la même série, qui venait de faire un tour du monde sur Alibi. Depuis RAS ou presque. Ces deux pilotes étaient en complément du régulateur d'allure Atoms de 1981, qui reste notre pilote préféré.

            Notre premier pilote électrique ("Tiller Mate"de 1978) coulait des jours heureux au fond d'un coffre. l'an passé, je l'ai donné à un couple qui est arrivé à Gambier sans pilote aucun...et voilà que, cette année, à quelques semaines d'intervalle, les deux Autohelm refusent de fonctionner...et je n'ai plus de secours ... Gna gna gna !!!

 

 

                                                                                      Arue le 4 avril 2017

                                                                       Bises et Amitiés à tous ceux qui en veulent.

                                                                                               Jane & Marc

 

 

16 Vague 2 TB.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



05/04/2017
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 111 autres membres